22 janvier 2020
Classics

Un idiot à Paris : Le meilleur rôle de Jean Lefebvre ?

Par Jérémy Joly

Le festival CineComedies avait permis de découvrir ou de redécouvrir, en Octobre dernier, "Un idiot à Paris", un film dont on ne parle pas assez. A l'occasion du centième anniversaire de l'acteur Jean Lefebvre, nous avons pu le voir sur grand écran et en version restaurée.

Après une nuit trop arrosée, un ouvrier agricole bredin du nom de Goubi se réveille le lendemain à Paris, seul et perdu. Dans son voyage, il va rencontrer un mandataire en viande, Monsieur Dessertine, qui va le protéger. Goubi va également rencontrer l'amour...

Après "Le Dix-septième ciel" avec Jean-Louis Trintignant et Marie Dubois, Serge Korber réalise "Un idiot à Paris", une adaptation du roman du même titre de René Fallet. Serge Korber sera connu par la suite pour avoir dirigé Louis de Funès dans "L'homme orchestre" et "Sur un arbre perché".

Jean Lefebvre est un acteur habitué aux seconds rôles. Il a déjà tourné dans "Les Tontons flingueurs", "Allez France !", "Le Gendarme de Saint-Tropez", "Ne nous fâchons pas". Avec "Un idiot à Paris", il accède pour la première fois de sa carrière à la tête d'affiche. Le rôle de Goubi est sans aucun doute l'un des meilleurs si ce n'est son meilleur rôle au cinéma. Il est épatant dans ce rôle de benêt, vivant dans un petit village où il est moqué et qui se retrouve plongé en plein Paris. Il est drôle par sa bêtise et touchant par sa tendresse.

Jean Lefebvre est entouré d'une distribution impressionnante. La ravissante Dany Carrel joue Juliette, dite La Fleur, une prostituée dont Goubi va tomber follement amoureux. Bernard Blier est Léon Dessertine, le mandataire en viandes, qui va protéger Goubi. Robert Dalban est le maire du village de Jaligny. Yves Robert est Marcel Pitou, un évadé des HLM. André Pousse est un chauffeur de taxi parisien qui engueule les autres automobilistes. Jean Carmet est un transporteur de légumes qui perd Goubi en plein Paris. Paul Le Person est irrésistible en paysan qui maltraite Goubi. Et enfin, nous avons Pierre Richard dont c'est le deuxième rôle au cinéma, en agent de police qui cherche à trouver tous les prétextes possibles pour passer à tabac les suspects.

Les dialogues sont signés Michel Audiard, il n'est donc pas nécessaire de préciser que c'est un régal pour les oreilles. La scène la plus célèbre du film est une satire du patronat, où Bertrand Blier est face à ses ouvriers dans une interprétation monumentale comme à son habitude :



Et l'une des répliques les plus cultes et celle dite par Robert Dalban : « Je suis un ancien combattant, militant socialiste et bistrot. C'est te dire si, dans ma vie, j'en ai entendu des conneries. Mais alors des comme ça, jamais ! »

"Un idiot à Paris" est un film un peu trop oublié qui mérite largement d'être redécouvert.

ça peut vous interesser

Le Lion : est lourd ce soir…

Rédaction

Qu’un sang impur… : Un film audacieux

Rédaction

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part : Une adaptation réussie

Rédaction