Classics

Viens chez moi j’habite chez une copine : culte !

Par Jérémy Joly


Après avoir projeté "Marche à l'ombre", le festival CineComedies avait proposé, en Octobre dernier, "Viens chez moi, j'habite chez une copine", en version restaurée, pour sa soirée en l'honneur de Michel Blanc.

Guy, à la rue et sans travail, trouve une bonne âme pour l'héberger, son copain Daniel. Terrible loser, Guy va faire perdre son travail de déménageur à Daniel mais également le brouiller avec sa copine, Françoise. Tandis que les tourtereaux finissent par se raccommoder, Guy va provoquer de nouveaux problèmes.

critique-film-viens-chez-moi-j-habite-chez-une-copine-3
Patrice Leconte avait réalisé "Les Bronzés" et "Les Bronzés font du ski" avec l'équipe du Splendid. Après ces deux succès, Michel Blanc voulait se détacher de la troupe. Patrice Leconte lui propose alors de co-écrire le scénario de son nouveau film. C'est ainsi que Michel Blanc se retrouve avec ce personnage de perdant nommé Guy, qui ne fait que provoquer des catastrophes autour de lui. Il se fait renvoyer de son travail de pompiste parce qu'il arnaquait les clients. Quand il ne passe pas son temps à chercher maladroitement du travail, il drague une artiste de cirque, jouée par Anémone ou une employée de l'ANPE, interprétée par Christine Dejoux.

Michel est face à Bernard Giraudeau, jouant Daniel, grand, séducteur, travailleur... tout le contraire du personnage de Guy ! Thérèse Liotard interprète formidablement le rôle de Françoise, la copine de Daniel. Les dialogues sont écrits par Michel Blanc, on lui doit quelques succulentes répliques. Lorsque Daniel est exaspéré par les catastrophes que provoque Guy : « Il paraît que celui qui a inventé la bombe atomique, il aimait vachement les gens ! Alors arrête de me rendre service, tu veux ? ». Quand Guy cherche du travail au téléphone « Ouais j'ai des diplômes... enfin faut que je remette la main dessus... enfin j'en ai... mais je suis français... Non je dis ça parce que des fois euh... attendez ne quittez pas, faut que je surveille mon bain. ».

critique-film-viens-chez-moi-j-habite-chez-une-copine-2
La bande-originale est composée par Renaud et l'on peut entendre sa célèbre chanson "Viens chez moi, j'habite chez une copine" où les paroles font forcément penser au personnage de Michel Blanc. Tout comme "Marche à l'ombre",  "Viens chez moi, j'habite chez une copine" est un film aujourd'hui devenu culte et une référence dans la carrière de Michel Blanc.

ça peut vous interesser

Les choses de la vie ont 50 ans !

Rédaction

La Grande Vadrouille : Le film aux 17 millions de spectateurs !

Rédaction

Buffet froid : Le chef d’oeuvre de Bertrand Blier

Rédaction