Classics

Will Penny, le solitaire

Par Christophe Dordain


Envie d'un curieux western ? Au casting flamboyant (Charlton Heston, Lee Majors, Donald Pleasence, etc.) ? Mais au rythme empreint de calme et de sérénité ? Alors suivez "Will Penny le solitaire" ! Un très beau western qui sort véritablement du lot...

Will Penny, cowboy solitaire approchant la cinquantaine. Il est amené à tuer Romulus Quint pour défendre ses deux camarades d'une bande de rôdeurs. Il est ensuite engagé par un propriétaire de ranch pour surveiller du bétail dans les montagnes pendant le rude hiver. Cependant, il est rattrapé par le père et les frères de celui qu'il a tué. Laissé mourant, il se réfugie dans sa cabane où se trouvent déjà une jeune femme, Catherine Allen, et son fils, abandonnés par leur guide. Il n'a pas le cœur de les en chasser.

Catherine va alors le soigner. Ainsi, Will découvre-t-il la vie et l'amour auprès d'une femme intelligente et volontaire. De surcroît, il est heureux de la compagnie du jeune Horace. Mais la bande de rôdeurs surgit à nouveau. Elle terrorise Will, Catherine et Horace pendant plusieurs jours. Will parvient à s'enfuir pour trouver de l'aide. Les rôdeurs sont abattus. Mais le bonheur et la vie de famille arrivent trop tard pour Will.

Tom Gries. Voilà un nom qui n'est pas inconnu loin s'en faut des amateurs de western. Tout droit sorti, en 1966, du tournage d'un épisode de la série "Commando du désert" (avec Christopher George), le réalisateur illustre le western avec "Will Penny le soiltaire". Il complètera cela, l'année suivante, avec l'excellent "Les 100 Fusils" (avec Jim Brown, Raquel Welch et Burt Reynolds). Puis, en 1975, avec "Le Solitaire de Fort Humbolt" (interprété par Charles Bronson). Tom Gries s'éteindra brutalement, deux ans plus tard, à seulement 54 ans. il laisse derrière lui une filmographie digne d'estime et de curiosité pour tout cinéphile qui se respecte.

will-penny-film-2
Dans ce cadre, "Will Penny le solitaire" s'avère être un excellent contrepoint au film "Les 100 Fusils". Ce dernier étant basé sur un rythme trépidant. Will Penny n'est pas un de ces aventuriers baignant dans la violence et prompt à dégainer son colt 45 à la moindre occasion. A l'image d'un William Holden dans "Deux homme dans l'Ouest" (que Blake Edwards réalisera deux ans après "Will Penny), ce cow-boy est un homme fatigué. Il est usé par cette vie sauvage de l'Ouest. Au fond, il n'aspire qu'à un repos bien mérité.

Le décor de "Will Penny" impressionne par sa dimension quasi naturaliste. Les arbres, la prairie, les troupeaux vivent sous nos yeux. Le tout mélangé à une description très réaliste du dur métier de cow-boy à des années-lumière de l'image glamour véhiculée par Hollywood pendant des décennies. Toutefois, il ne s'agit pas de tomber dans le piège d'un bucolique malvenu tant cette nature est brutale avec les hommes. La mort frappe de façon implacable. Elle rode autour de Will Penny et de ses compagnons de voyage au cours de cette longue odyssée dans une contrée hostile.

Solidement interprété par un Charlton Heston (pas encore auréolé de son futur succès avec "La Planète des Singes"), "Will Penny" bénéficie du concours solide d'un Donald Pleasance (quelques années avant qu'il ne vienne à se perdre dans le bush australien pour un "Réveil dans la terreur"). Citons aussi Bruce Dern, Slim Pickens et Ben Johnson. Des trognes que l'on aime tant revoir dans un western digne de ce nom.

Néanmoins, on retiendra en priorité la prestation de Lee Majors (alors très populaire grâce à la série "La Grande Vallée" et qui profitait d'une césure dans la production pour participer au tournage de "Will Penny" qui fut réalisé entre février et avril 1967). Majors parvient à tenir la dragée haute face à Charlton Heston dans le rôle de Blue. Ce dernier est un jeune homme d'apparence négligée, semi-alphabétisé. A l'instar de Will Penny, il incarne un vrai cowboy, de la façon la plus convaincante qui soit. Pas de glamour au fond chez Blue. Juste un besoin de survivre comme les autres. Bref, affirmons le ! Dans ce western, Lee Majors est la très belle et grande surprise !

will-penny-film-3

PROFITEZ DE CE PODCAST CONSACRE AU WESTERN :

ça peut vous interesser

Soleil Vert : De l’anticipation à la réalité actuelle

Rédaction

Quinn Martin : Un géant du petit écran

Rédaction

Lee Majors : Son portrait

Rédaction