5 décembre 2020
Concours

Avant-première du film 96 Heures

AVANT-PREMIERE DU FILM 96 HEURES

EN AVANT-PREMIERE LE 10 AVRIL 2014 A 19H45 A KINEPOLIS LOMME

EN PRESENCE DE GERARD LAVIN, NIELS ARESTRUP ET FREDERIC SCHOENDOERFFER

(SORTIE NATIONALE LE 23AVRIL 2014)

Synopsis : Carré est le patron de la BRB (Brigade de Répression du Banditisme). 3 ans plus tôt, il a fait tomber un grand truand, Kancel. Aujourd'hui, à la faveur d'une extraction, Kancel kidnappe le flic. Il a 96 heures pour lui soutirer une seule information : savoir qui l'a balancé.

Question : quel est le titre du film qu'a réalisé Ariel Zeitoun en 2012, avec Gérard Lanvin ?

Un tirage au sort sera effectué parmi les détenteurs de la bonne réponse et les gagnants seront recontactés par la rédaction dès le 09 avril 2014.

A propos du film

Gérard Lanvin et Niels Arestrup se retrouvent pour la première fois au cinéma dans "96 Heures". Le cinéaste Frédéric Schoendoerffer les réunit dans un huit-clos sombre et inquiétant. En effet, me réalisateur de "Switch" a fait le pari de réunir deux acteurs charismatiques dans un même plan. Lanvin et Arestrup se retrouvent ainsi dans un polar où le truand retient un chef de brigade dans sa grande maison aux couleurs froides. Cependant, "96 Heures" allie aussi western, famille et tragédie.

D'après un scénario original de Simon Michaël, le cinéaste rythme une oeuvre pourvue de quelques incohérences. Néanmoins, la prestation des acteurs et la mise en scène sont fortes et intéressantes. Le spectateur n'est pas déçu par les seconds rôles féminins : Sylvie Testud, Anne Consigny et Laura Smet. Ces drôles de dames permettent de sortir de ce duo infernal et d'avoir un autre point de vue de l'histoire. Petit bémol pour une Testud sous-estimée. Dans ce rôle de « fliquette », elle n'arrive pas à rejoindre le niveau des autres protagonistes.

« Evoluer, c'est avoir de bons partenaires »  a déclare Gérard Lanvin au sujet du film. Or, "96 Heures", c'est avant tout la prestation magistrale de Niels Arestrup. Il l'enchaîne les rôles depuis "Un Prophète" de Jacques Audiard. Cet acteur est totalement imprévisible. Son charisme et sa voix nous emportent et apportent une grande précision dans son jeu. Il incarne véritablement un homme rongé par la vengeance.

Lire la suite...

ça peut vous interesser

Bronx : La bande organisée d’Olivier Marchal

Rédaction

Pour une femme : Une libération rouge

Rédaction

Olivier Marchal : C’est un plaisir de jouer avec Gérard Lanvin

Rédaction