18 septembre 2020
Critiques

007 – Spectre : Marche funèbre

Mesdames et messieurs,

Ceci n'est pas une critique, c'est une plaidoirie. Une plaidoirie contre les films comme "Spectre" qui se vendent et se revendent, mais ne s'assument pas. Car vous l'auriez sans doute remarqué, le nouvel opus de Mister Bond, James Bond s'est affiché, dès les premières images, dès le premier teaser il y a sept mois de cela, comme ce qui s'annonçait être un film d'une noirceur profonde (le ton du teaser donné par les répliques, la musique, la lumière...). Lumière que l'on retrouve bien entendu, et c'est peut être le seul travail à saluer, de la part du chef opérateur, dans ce film faramineux.

Et oui monsieur Mendes, lorsqu'on a un long métrage avec tel budget, il faut avant tout faire attention à ce que l'on raconte. Ainsi, vous ne faîtes que donner des airs à votre "Spectre", des airs de grand film noir, car c'est un genre ne l'oublions pas, mais sans jamais y parvenir. Le récit est tortueux, prévisible, avec une constante impression de déjà vu. Car vous vendez "Spectre" comme un aboutissement des Bond version Daniel Craig, mais vous n'en faîtes qu'emprunter des brides pour accoucher d'un vulgaire mashup raté.

Mais Sam Mendes n'est pas le seul à s'être perdu en route, Daniel Craig également. « Je préfère briser ce verre et me taillader les veines plutôt que de penser à un cinquième James Bond » a t'il déclaré à Time Out. Et il nous le fait bien ressentir ! Ses misérables tentatives de jeu sont le reflet de son envie d'ailleurs. Comprenons-le, avec un personnage aussi peu travaillé, on ne peut pas arriver à grand chose. De même pour Christoph Waltz, un si grand talent réduit à jouer un bad guy pour blockbuster de bas étage... Sans parler des rôles accessoires de Dave Bautista, qui n'a pas du être beaucoup dépaysé puisqu'il est là pour cogner, Léa Seydoux pour parler et Monica Bellucci... Je vous laisse deviner, si ce n'est pour embellir les tapis rouge.

Mal construit, parsemé d'humour potache et enchaînant les stéréotypes, "Spectre", ce 24ème opus de James Bond, ne fonctionne tellement pas que l'on doute parfois d'être devant la suite d'"OSS 117". Faudrait-il encore que Daniel Craig est la carrure de Jean Dujardin.

Auteur :Damien Langny
Tous nos contenus sur "007 - Spectre" Toutes les critiques de "Damien Langny"

ça peut vous interesser

Irréversible : Version intégrale

Rédaction

Coronavirus : films repoussés et tournages stoppés

Rédaction

Une sirène à Paris : Son chant n’est pas séduisant

Rédaction