17 septembre 2019
Critiques

3 jours et une vie : Le cinéma de genre français n’est pas mort !

La critique du film Trois jours et une vie

Par Jérémy Joly


Après "Le Convoyeur", l'excellent "Cortex", "Made in France" et "La Confession", Nicolas Boukhrief réalise "Trois jours et une vie". Il s'agit de l'adaptation du roman de Pierre Lemaître ("Au revoir là-haut") qui s'est chargé, avec la collaboration de Perrine Margaine, d'écrire le scénario.

Nous sommes en 1999, dans un petit village des Ardennes belges nommé Olloy. Un événement va chambouler la vie sans histoire de tous les habitants : la disparition d'un enfant. Très vite, plusieurs personnes vont être suspectées avant d'être innocentées. C'est à peu près tout ce que l'on peut dire sur l'histoire sans dévoiler le suspense haletant présent du début jusqu'à la fin.

"Trois jours et une vie" est narré à travers les yeux d'un enfant. Antoine, âgé de 12 ans, est interprété par Jérémy Senez, dont c'est le premier rôle au cinéma. Malgré son jeune âge, il a un regard et une présence incroyables.La froideur de l'enfant arrive à mettre mal à l'aise le spectateur. Nous retrouvons ce rôle plusieurs années après, repris par Pablo Pauly qui est d'une grande justesse.

Nicolas Boukhrief arrive à plonger un village à priori calme dans une atmosphère d'abord inquiétante puis angoissante et enfin étouffante, avec un crescendo maîtrisé. La deuxième partie de "Trois jours et une vie", qui se déroule au présent, retrouve le calme malgré un passé mouvementé avant de repartir dans l'inquiétude. L'histoire, psychologique et noire, frôle de temps en temps avec l'horreur notamment dans les scènes de forêt. La photographie, le son et les décors sont très soignés.

Le spectateur va suivre la vie remplie de terreur d'un assassin qui ne sera pas inquiété, enfin... Jusqu'à quand ? On y retrouve Charles Berling dans le rôle du père de l'enfant disparu. C'est un personnage mis en valeur par son interprète. Au début, il méprisable puis inspire de la pitié par ce qui lui arrive. Sandrine Bonnaire, talentueuse actrice habituée à des premiers rôles, a accepté de jouer le personnage de la mère d'Antoine, rôle secondaire. Philippe Torreton est également remarquable dans le rôle du médecin.

La musique, signée Robin Coudert dit Rob, est un personnage à part entière. Elle est présente presque tout le long du film. Bien qu'elle soit très discrète, cette musique que nos oreilles repèrent de temps en temps crée une tension dans l'inconscient du spectateur.

"Trois jours et une vie" est un film de genre, ce qui est malheureusement rare dans le cinéma français actuel. Il est dommage de voir que le cinéma de genre français passe souvent inaperçu, c'est le cas par exemple du très bon "Dans la brume" qui a été un échec inexplicable. Pourtant, ces films sont souvent de bonne qualité et "Trois jours et une vie" nous le prouve.

Pour en savoir plus...

ça peut vous interesser

Trois jours et une vie : Rencontre avec Nicolas Boukhrief

Rédaction

3 jours et une vie : Angoisse et tension à Olloy

Rédaction

Interview de Nicolas Boukhrief et Pierre Lemaitre

Rédaction