4 décembre 2020
Archives Critiques

3h10 pour Yuma : Flingues et compagnie

Si on pouvait résumer en quelques points ce que tout western se doit d'avoir, ça donnerait plus ou moins ceci :

  1. Des personnages charismatiques ;
  2. Des gunfights (ou une attaque de diligence) ;
  3. Un grand méchant bien détestable ;
  4. Une tragédie qui entraîne une vengeance ;
  5. Des meurtres de sang-froid.

Dés la première heure, le "3h10 pour Yuma" de James Mangold respecte le code et remporte la mise haut la main, et s'il supporte la comparaison avec l'original de 1957 (Russell Crowe remplace Glenn Ford, Christian Bale remplace Van Heflin), c'est grâce non pas à un portage respectueux de l'original, mais par les libertés offertes par le cinéma moderne. Loin des pompeux "Blueberry" (2004)  et "Mort ou vif" (1995), le réalisateur de "Walk The Line" fait fi de trouver un type de réalisation nouvelle-génération pour séduire les spectateurs et opte d'emblée avec "3h10 pour Yuma" pour un style brut, direct et foncièrement couillu pour planter son histoire de cow-boys chargés d'escorter un dangereux criminel.

Car rappelons qu'un Western post-années 40 est souvent la bête noire des distributeurs qui soient brûlent un cierge en priant que le public daigne se déplacer pour voir leur film sorti en nombre ultra-limité de copies malgré des critiques unanimement bonnes (exemple du "Open Range" de Kevin Costner sorti discrètement en 2004), soit balance le tout direct-en-DVD en flinguant le potentiel du film et ses moindres chances de gagner un public (exemple de "Seraphim Falls" sorti il y a un mois en DVD avec, excusez du peu, Liam Neeson et Pierce Brosnan en haut de l'affiche…). Columbia décide cependant avec "3h10 pour Yuma" de faire confiance à James Mangold, lui octroie même deux stars bankable pour supporter le film, et un budget super-modeste (55 millions de dollars, pour un film d'époque, c'est des broutilles) : risque minimum, mais beaucoup se sont déjà plantés avec la même recette.

Plutôt que de singer les grands réalisateurs du genre et ressasser les plans typiques du western (panoramiques, gros plans sur les regards, champs/contre-champs en duel…), James Mangold préfère alléger sa mise en scène et soigner la psychologie des différents personnages. Dès lors, les dialogues s'imposent comme piliers des scènes, les affrontements –pourtant nombreux et assez percutants- donnent le tempo, et le découpage inhabituel fait que les scènes violentes surprendront plus d'une fois par leur soudaineté et leur cruauté. Jubilatoires, ces dernières contribuent à composer l'atmosphère opaque (difficile de cerner les réelles motivations d'Evans ou de Wade) et un suspens qui s'avère impeccablement maîtrisé.

Un casting de gueules idéales pour le genre –une spécialité pour Mangold surtout quand on voit les personnages de "Copland" et de "Walk The Line"-, crades et bien poussiéreuses, font que Peter Fonda, Luke Wilson retrouvent une dignité après quelques énormes dérapages cinématographiques (non, Peter Fonda n'a pas joué dans "Ghostrider", non, non…), et Alan Tudyk (le doc) et Logan Lerman (le fiston) gagnent leurs galons d' « acteurs à suivre ».

Les deux stars ? Inspirées. Même si on regrette que le personnage de Dan Evans n'ait pas été interprété par un acteur un peu plus vieux que Christian Bale et que ce dernier reste plutôt inexpressif, Russell Crowe est magistral en chef de bande aussi souriant qu'implacable. Secondé par un Ben Foster (spécialiste des rôles de racaille) dont le look légèrement efféminé dissimule une personnage au comportement extrême, il se fait maintes fois ravir le titre de grand méchant du lot.

Une réussite donc, que se nouveau portage d'un classique du western, si on passe sur les quelques grosses ficelles (Dan Evans est sensé être infirme mais court sans problème) et la musique quasi-absente. Preuve que le western a encore de belles longues années devant lui.

Auteur :Julien Leconte
Tous nos contenus sur "3h10 pour Yuma" Toutes les critiques de "Julien Leconte"

ça peut vous interesser

Les Rescapés du Futur : Jeu Bluray

Rédaction

Supercopter : La série en Bluray

Rédaction

Soirée Gladiator sur TCM : 20 ans déjà !

Rédaction