30 novembre 2020
Archives Critiques

5×2 : On est mal à l’aise et on aime cela

Il y a quelque chose de pourri au royaume d'Ozon. Un royaume peuplé d'hommes des bois, d'amants meurtriers et d'identités transparentes. Mais il s'agira à chaque film d'une substance dense et épaisse que le réalisateur voudra traiter. Après "Swimming Pool", revirement de direction pour François Ozon qui n'a pas finit de nous foudroyer. Avec "5x2" (distribué par Mars Films), il se propose de narrer, d'analyser cinq moments, cinq épisodes de la vie d'un couple.

Mise à part l'alchimie fulgurante entre Valéria Bruni-Tedeschi et Stéphane Freiss, Ozon saisit à plusieurs reprises le spectateur au poignet et l'asséne de tensions brutes de décoffrage. Des tensions homme/femme qu'il expose à travers cinq moments-clés du couple. A commencer d'abord par une scène de viol qui annonce de façon cinglante la problématique conjugale qu'il va falloir aborder. Plus on recule dans le temps, plus on se rend compte que le couple était déjà difforme et que la séparation était amorcée bien avant l'union des deux êtres. Tromperie, mensonge, jalousie et souffrance, serait-ce donc la recette du couple de nos jours pour Ozon ? Une question à prendre avec des pincettes. Car "5x2" restreint le champ d'action d'Ozon tout en lui donnant une liberté totale. On ne voit qu'un couple en souffrance. Un couple parmi d'autres. Mais voilà, le réalisateur se pose en maître et c'est donc sa façon d'analyser, de voir l'histoire de Marie, de Gilles et un enfant, que l'on voit à l'écran. Leur histoire, teintée de rose et de souffre. Leur histoire, et pas une autre.

Au sein de ce couple, le film dissémine ça et là quelques graines d'un temps ancien, comme celui du couple incarné par Michael Lonsdale et Françoise Fabian. Le duo d'une autre génération, qui a su résister à travers vents et marées, pour arriver jusqu'à nous, jusqu'à la réalité du couple d'aujourd'hui. Pour Ozon, ce temps du couple intact est parfaitement révolu.

Histoire compte-à-rebours, à la manière de ce qu'avait fait Gaspard Noé dans "Irréversible", le film se finit paradoxalement sur un noir mythifiant lourd de sens et chargé de poésie amoureuse. Un langoureux soleil pourpre teinte donc cette histoire entre un homme et une femme, dont on connaît déjà la fatalité. L'amour éphémère, chez Ozon, est emprunt de poésie destructrice qui mettra toujours le spectateur lambda mal à l'aise dans son siège, et on aime ça.

Auteur :Houmann Reissi
Tous nos contenus sur "5x2" Toutes les critiques de "Houmann Reissi"

ça peut vous interesser

Été 85 : Du soleil en Blu-ray !

Rédaction

Irréversible : Version intégrale

Rédaction

La Haine a 25 ans !

Rédaction