29 octobre 2021
Archives Critiques

5×2 : Sale temps pour les couples !

Comme Yvan Attal, François Ozon a le couple dans le collimateur… Sauf que sa vision du couple est d'un pessimisme hallucinant à vous écoeurer de la vie à 2. Tel est le cas avec "5x2" (distribué par Mars Films).

En gros, toute histoire d'amour, pour Ozon, est condamnée d'avance, et la construction à rebours de son film, qui évoque 5 événements majeurs de la vie conjugale, du divorce à la rencontre, renforce le sentiment que l'échec est inscrit dans les gênes même de l'Amour, est à l'état latent dans la genèse de toute histoire amoureuse : la fin est connue d'avance, la relation qui se tisse se soldera de toute façon par un divorce…

Si "Irréversible" de Gaspard Noé a soulevé bien des polémiques quant à l'horreur insoutenable de la scène du viol, que dire de la scène d'ouverture de "5x2" qui enchaîne coup sur coup un divorce (avec la douleur intérieure engendrée par l'officialisation de la séparation sous forme de formalités administratives où les individus sont immanquablement réduits à l'état d'objets) et un viol conjugal qui est la forme la plus abjecte de l'Amour.

Après la rupture morale et sociale, la rupture prend sens et corps physiquement, anéantissant d'emblée et définitivement la beauté des sentiments dans la violence, quels qu'ils aient pu être jusqu'alors… Mis à part la noirceur glaciale et dérangeante dont Ozon fait preuve, le moins qu'on puisse dire c'est que son film est tout bonnement stérile. Si le titre "5x2" attise la curiosité, l'inspiration d'Ozon s'arrête là… A part un affichage clair de sa vision de la vie conjugale qui est d'un pessimisme absolu et sans appel, la construction à rebours qu'a choisie Ozon n'apporte rien à un scénario qui se contente d'aborder la notion de couple en surface. Divorce, éloignement et disputes, accouchement, mariage, rencontre…

Ces 5 moments de la vie de Gilles et Marion s'enchaînent, accolés les uns à la suite des autres sans transition soignée, leur histoire se retrouvant de fait réduite à une peau de chagrin. Uniquement préoccupé par la forme à rebours de son film et par la pseudo-leçon de vie qu'il cherche à nous donner sur la vie conjugale avec ses soumissions et ses hypocrisies, Ozon porte des œillères et fonce tout droit dans ses convictions (qui n'appartiennent qu'à lui). Il ne creuse ni la complexité de l'Amour et des sentiments, ni la difficulté pour 2 personnes de conjuguer leurs 2 solitudes pour faire un « nous » pour la vie entière. Manque d'inspiration ou volonté de déranger ? Ou les deux peut-être ?

Car il apparaît flagrant qu'en signant un film aussi dénué de substance, avec des séquences mises en scène de manière un peu brute de décoffrage, qui se suivent sans rythme, sans sursaut, sans suspense, Ozon s'essouffle. Et il cache cette absence d'épaisseur et de matière derrière le vernis de la noirceur fataliste qui, il le sait, mettra le spectateur mal à l'aise. Ozon est comme un juge qui aurait décidé d'engager un procès contre la vie et qui la condamnerait d'avance avant même d'avoir entendue ce qu'elle avait à dire… Et les acteurs ont beau faire leur possible, ils ne peuvent ôter ce sentiment de répulsion instinctive que nous éprouvons à l'égard du film.

Bilan final : "5x2" = 0 pointé. Un film « sans » que je vous déconseille, doté d'une excellente B.O entraînante et envoûtante que par contre je vous recommande vivement.

Auteure :Nathalie Debavelaere

Tous nos contenus sur "5x2" Toutes les critiques de "Nathalie Debavelaere"

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 25 septembre 2021

Rédaction

Tout s’est bien passé : L’émotion du raffinement et de la simplicité

Rédaction

Tout s’est bien passé : Pas de pleureuse

Rédaction