24 janvier 2022
Critiques

A Good Man : Touchante histoire

Par Jérémy Joly

Après un drame romantique réussi intitulé « Ma première fois », Marie-Castille Mention-Schaar réalise des films qui s'inspirent de faits réels comme "Bowling" et "Les Héritiers". Elle n'hésite pas à aborder des sujets complexes comme le prouve son film "Le ciel attendra" sur la radicalisation islamiste. Plus récemment, dans « La Fête des mères », elle dresse le portrait d'une dizaines de personnages qui illustrent la relation mère-enfant.

Son nouveau long-métrage, "A Good Man", s'inspire d'une histoire vécue, où il est question d'un désir d'enfant pour un couple. Ce film a été sélectionné au Festival de Cannes en 2020 avant d'être présenté au Festival du cinéma américain de Deauville.


Un sujet difficile
Dans "A Good Man", nous suivons le quotidien de Benjamin et Aude. Lui est infirmer, elle donne des cours de danse. Ils vivent ensemble depuis plusieurs années. Ils semblent heureux mais il manque quelque chose à leur bonheur : un enfant. Malheureusement, Aude ne peut pas. Cela aurait pu être un film romantique quelconque jusqu'à ce qu'on apprenne que Benjamin prend la décision de porter l'enfant. Le spectateur comprend alors que cette histoire d'amour est tout sauf banale.

Depuis toujours, le cinéma a traité ce sujet d'homme enceint de façon comique avec un angle quasi science-fictionnel. C'est le cas, par exemple, de "L’Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la lune" de Jacques Demy ou encore "Junior" d'Ivan Reitman. "A Good Man" l'aborde de façon beaucoup plus réaliste. Benjamin est un homme trans qui n'a pas fini toutes les étapes de la transition.

A-good-man1
Noémie Merlant dans "A Good Man" - Copyright Pyramide Distribution
Un scénario solide

Marie-Castille Mention-Schaar et Christian Sonderegger se sont associés pour l'écriture du scénario. Ce dernier a réalisé un documentaire, « Coby », sur Suzanna, 23 ans, qui change de sexe et devient un homme, ce changement bouleverse la vie de ses proches. "A Good Man" a l'audace de traiter d'un sujet encore trop peu présent dans le cinéma, celui de la transidentité. Il montre le processus de transition de façon efficace avec par exemple un plan court de quelques secondes. Le film ne tombe jamais dans la maladresse alors que cela aurait pu arriver cent fois tant le sujet est téméraire. Il se permet même une légère pointe d'humour dans une scène sans aller dans la moquerie.

Le récit du film est intéressant, ne dévoilant pas immédiatement les clés importantes du scénario. Il laisse les spectateurs dans l'interrogation jusqu'à des flash-back bien amenés. "A Good Man" développe les différentes formes d'incompréhension qui peuvent exister face à la transidentité qui vont de l'indifférence jusqu'à la haine en passant par le rejet. Il évoque les difficultés qu'ont les personnes trans à exister dans notre société, comme l'attente interminable pour changer de sexe administrativement.


Une magnifique interprétation
Le personnage de Benjamin est interprété par Noémie Merlant, actrice fétiche de Marie-Castille Mention-Schaar, qui a fait ses preuves notamment dans "Portrait de la jeune fille en feu". C'est un rôle difficile à tenir et Noémie Merlant est tout simplement bluffante. Elle s'est métamorphosée pour entrer dans la peau de Benjamin : cheveux courts, barbe, postures masculines et voix grave. Elle est méconnaissable ! De plus, Noémie Merlant a tout le talent nécessaire pour donner à ce personnage tout le naturel nécessaire pour ne pas tomber dans le déguisement grotesque. Elle forme avec Soko un couple de cinéma lumineux auquel on s'attache immédiatement.

En conclusion, "A Good Man" de Marie-Castille Mention-Schaar a tous les ingrédients pour réussir à vous bouleverser par son histoire d'amour touchante et originale.


Tous nos contenus sur "A Good Man" Toutes les critiques de "Jérémy Joly"

ça peut vous interesser

Rencontre avec Claude Lelouch

Rédaction

Tendre et saignant : Cuisson parfaite !

Rédaction

Le Test : Réussi !

Rédaction