25 septembre 2020
Archives Critiques Focus Archives

A la petite semaine : Le Goût des Autres

Après l'excellent "Kennedy et moi" (1999), Sam Karmann, comédien attachant, réalise son deuxième long métrage, "A la petite semaine", à partir d'un scénario de Désire Carré, ancien petit voyou sauvé par le théâtre.

A l'instar de ses amis Bacri et Jaoui, Karmann a réalisé un film d'acteurs et donc de personnages. Son but n'étant pas de réaliser un énième polar de plus (l'univers qu'il décrit nous est connu), la qualité principale du film vient du soin apporté à chaque personnage.

Tous ont une épaisseur et existent dès les premières scènes grâces à des dialogues et des acteurs justes: Jacques (Gérard Lanvin) l'ancien truand qui ne souhaite pas replonger, Francis (Jacques Gamblin) qui hésite entre le théâtre et les mauvais coups, Didier (Clovis Cornillac) l'impulsif accroc au sport, à l'argent et au jeu.

Ces trois personnages principaux sont entourés de solides seconds rôles où d'ailleurs les personnages de femmes se distinguent. Ce sont elles qui (comme dans la vie) sauvent ces messieurs ou du moins les fait bouger d'une manière positive. Rien de bien nouveau ni d'originale me direz-vous. Certes mais tout cela est fait dans l'élégance, la modestie et un parfum de sincérité semble se dégager de toute cette entreprise.

Si l'on ne peut s'empêcher de comparer ce film au "Goût des Autres" d'Agnès Jaoui (le personnage de Gamblin rappelle celui de Bacri) et d'estimer que Sam Karmann après un sublime court métrage "Omnibus" (Palme d'or en 1992 et Oscar en 1993) tarde à faire une œuvre vraiment personnelle et reste trop dans l'ombre des ses deux amis, "A la petite semaine" est un bon film français ce qui, pour cette année, est une denrée rare…

Auteur :Christophe Roussel

Tous nos contenus sur "A la petite semaine" Toutes les critiques de "Christophe Roussel"

ça peut vous interesser

L’aventure des Marguerite : Un conte familial qui voyage entre deux époques

Rédaction

Les aventures d’Astérix et Obélix au cinéma

Rédaction

Redécouvrez Gus Van Sant et son Elephant

Rédaction