25 janvier 2021
Archives Critiques

A+ Pollux : Une femme disparaît

Toute l'originalité du film vient de ce mélange des genres, de cette hésitation constante entre le rire et l'émotion. Comme le récent Les âmes câlines de Thomas Bardinet, "A + Pollux" puise dans le comique de situation entraînant ce anti héros qu'est Halvard dans les pires cauchemars.

Luc Pagès a su imposer un ton à son film qui, après la perplexité, finit vraiment par nous séduire et nous convaincre. Il installe d'ailleurs une certaine complicité avec le spectateur lorsqu'il filme Halvard évoquant Pollux et ses difficultés pour la retrouver alors qu'en arrière-plan nous voyons la jeune femme qui parle avec un homme.

On pense beaucoup à Woody Allen avec ce personnage assez pathétique et touchant, typique des comédies du cinéaste New-Yorkais. Les loosers font toujours rire mais Halvard apporte une note d'émotion car c'est lui qui raconte cette histoire vécue il y a quelques années.

Longeant le Nil, il ressasse avec beaucoup de détachement et d'humour sa relation malheureuse avec Pollux. Pour bien distinguer ces deux époques, Luc Pagès, ancien chef opérateur, a conféré une texture différente à son image. Il use de la caméra numérique quand règne le chaos dans la vie d'Halvard et tourne en 35 mm les scènes sur le Nil lorsque celui-ci a acquis une certaine sagesse.

C'est donc l'histoire d'un passage, celui du jeune homme à l'adulte. Thème récurrent du cinéma français de "Double messieurs" de Jean-François Stévenin à "Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle)" d'Arnaud Desplechin.

On pourra bien sûr reprocher un problème de rythme, un titre repoussant qui n'aidera certainement la carrière de ce film qui sort pendant les vacances 2002 et surtout un beau personnage féminin sacrifié un peu trop rapidement.

"A + Pollux" est un finalement un film d'hommes où la femme n'a que peu de place: la scène où Halvard au lieu de compter les moutons, compte les femmes qu'il a rencontré pour s'endormir en est la plus belle illustration.

Interprétés par les excellents Gad Elmaleh et Cécile de France, ce petit film touchant et sincère est la promesse d'un renouveau dans la comédie française.

Auteur :Christophe Roussel
Tous nos contenus sur "A+ Pollux" Toutes les critiques de "Christophe Roussel"

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 02 Novembre 2019

Rédaction

Un monde plus grand : L’Aventure intérieure

Rédaction

Un monde plus grand : Mystérieuse réussite

Rédaction