Archives Critiques

Adaptation : Les affreux de la création

Au départ, Charlie Kaufman travaille pour le télévision, il participe à l'écriture de quelques sitcoms mais aucunes ne marchent. En 6 mois, il écrit le scénario de Dans la peau de John Malkovich refusé par une bonne dizaine de producteur car jugé trop original, trop risqué. Pourtant Kaufman décroche des contrats et travaille sur 4 scripts dont "Human nature" de Michel Gondry sorti en 2001 et l'adaptation d'un livre sur les orchidées « de loin mon boulot le plus étrange » (Télérama n°2604, 9 décembre 1999).

Entre temps, il rencontre Spike Jonze qui souhaite réaliser " Dans la peau de John Malkovich". Le film est un succès mais continuent pour Charlie Kaufman les affres de la création. Son adaptation du best-seller de Susan Orlean, Le voleur d'orchidées, n'avance toujours pas. Et si cette expérience pouvait lui donnait le sujet d'un nouveau scénario ? Après s'être introduit dans le corps du comédien John Malkovich, entrer dans le processus créatif d'un scénariste, partagé entre son mal de vivre et ses difficultés à travailler, donnerait l'occasion à Charlie Kaufman et Spike Jonze de livrer aux spectateurs une nouvelle folie cinématographique, un OVNI déjanté, drôle et très émouvant.

C'est en parti chose faîte avec "Adaptation", le portrait tragi-comique d'un scénariste « gros, chauve et pathétique », prisonnier de sa passion pour l'écriture, presque incapable de communiquer avec les autres mais qui parviendra au terme de cette aventure à dire je t'aime à son amie. Comme Charlie Kaufman (le vrai) se caricature lui-même, les autres personnages en prennent pour leur grade. Susan Orlean est une journaliste frustrée qui trouve l'amour (et la drogue) dans les bras du trafiquant d'orchidée (Chris Cooper, qui a reçu l'oscar du meilleur second rôle), les producteurs sont de charmantes et idiotes working girls ou de gros obsédés sexuels, enfin, Robert McKee, apparaît plutôt comme un gourou sectaire, un imposteur que comme le grand spécialiste indiscutable du scénario américain. 

Comme pour son premier film, Spike Jonze ne cherche pas à faire un exercice de style virtuose. Il use d'une réalisation plutôt sobre pour mettre en avant un scénario gigogne délirant. Comme pour "Dans la peau de John Malkovich", "Adaptation" est brillant dans sa narration. Le scénario mêle fiction et réalité, retraçant les différentes étapes de l'écriture d'un scénario, remontant de la commande de ce scénario à l'écriture du livre a adapté, ainsi qu'à celui qui l'a inspiré jusqu'à Darwin et même le big-bang…

Pourtant, passé le premier enthousiasme, le film apparaît assez décevant dans sa seconde partie où bizarrement, le scénario de Kaufman utilise les préceptes de Robert McKee lorsque les jumeaux sont poursuivis par la journaliste et son amant, fous furieux et armes au poing. On peut rester perplexe face à cet exercice nombriliste dans lequel un scénariste utilise son manque d'inspiration pour écrire un nouveau film, tout en massacrant peut-être injustement (l'impuissance créatrice rend amer…) tous les personnages qui l'entourent, y compris son frère jumeau (le vrai Charlie Kaufman n'a pas de frère jumeau, ce qui ne l'a pas empêché de cosigner le scénario au générique avec Donald Kaufman…) qui parvient lui sans peine un écrire un polar complètement débile mais qui sera acheté très cher par un producteur.

"Adaptation" est un jeu de massacre qui n'épargne personne (y compris Charlie Kaufman) mais qui donne seulement un film intéressant, très inférieur au brillant et jouissif "Dans la peau de John Malkovich".

Auteur :Christophe Roussel
Tous nos contenus sur "Adaptation" Toutes les critiques de "Christophe Roussel"

ça peut vous interesser

Voyage au bout de l’enfer : God bless America

Rédaction

Sur la route de Madison de Clint Eastwood

Rédaction

La mémoire dans la peau : Pourquoi le revoir ?

Rédaction