22 septembre 2020
Critiques

Adorables : Qui sera la pire ? La mère ou la fille ?

Par Sashah Hillairet

Avec un scénario relativement classique qui parle d’une relation mère/fille totalement explosive, Solange Circurel réalise son troisième film, "Adorables" (distribué par UGC distribution), une comédie familiale tournant autour du thème de l’adolescence.

Lila est une jeune fille de 14 ans qui entame sa crise d’adolescence. Ses parents, Emma et Victor, vont voir leur fille passer du statut d’enfant parfaite à une peste impertinente et irrévérencieuse. Tout commence à partir d’une soirée en discothèque, interdite aux moins de 16 ans, à laquelle Lila veut absolument participer pour rejoindre le garçon dont elle est amoureuse. Malgré les interdictions de sa mère, Lila va s'y rendre, mais à ses risques et périls. Même si Victor essaye d’apaiser les tensions de part et d’autre, la guerre est déclarée entre Lila et sa mère Emma. Plus question d’être adorables…

Un début plutôt lent

"Adorables" est un film dont le thème, l’adolescence ou plus précisément la crise qui en découle, est largement repris dans de nombreux films tels "LOL" réalisé par Lisa Azuelo et "La Boum" réalisé par Claude Pinoteau. Sur fond de problèmes personnels que traversent les parents, ces jeunes vont voir leurs émotions se décupler jusqu’à donner d’incroyables scènes de disputes familiales.

Pourtant, "Adorables" commence plutôt mal. En effet, certaines scènes sont excessives et le jeu d’acteur de la jeune Ioni Matos (interprète du rôle de Lila) manque de véracité, au contraire du personnage d’Emma, interprétée par l’expérimentée Elsa Zylberstein. On trouve aussi dans "Adorables" plusieurs scènes relativement « clichées » ainsi celle dans laquelle Lila est relevée par le garçon qu’elle affectionne après une chute au collège.

Bref, la première partie n'est donc pas transcendante tant on ne croit pas vraiment à cette histoire qui rappelle trop les mini séries de TF1, produites dans les années 90.

critique-adorables
Ioni Matos et Lucien Jean-Baptiste - Copyright Nicolas Schul
« Quand elle n’est pas là, elle me manque, et quand elle est là, elle m’emmerde »

Une scène fait cependant basculer le tout : celle dans la discothèque, qui est tout à fait hilarante. Dans celle-ci, Lila pense se faire ridiculiser par sa mère qui se lance dans une chorégraphie endiablée alors qu’elle est censée avoir bu les somnifères que sa fille lui a versés dans son verre avant de sortir en douce. C’est là que la guerre est officiellement déclarée. "Adorables" gagne alors davantage en profondeur et s’attarde sur le dilemme de cette mère, adepte de l’éducation bienveillante, à réagir ou non selon ses convictions face à une adolescentes qui la pousse à bout.

"Adorables" aborde de même la question centrale des relations entre parents et grands-parents (Emma jouée par Elsa Zylberstein et Rose, sa mère, jouée par l’excellente Hélène Vincent) pour qui la crise d’adolescence de Lila permet de comprendre leurs crispations respectives résultant de la propre crise d’Emma quand elle était plus jeune. Finalement, ces événements permettent aux parents et grands-parents de mieux s’entendre avec le recul. Cela permettra aussi à Emma de gérer au mieux la crise d’adolescence de sa fille Lila.

Avec l’aide des seconds rôles, le père, la grand-mère et nos deux héroïnes vont rapidement se rendre compte qu’elles se manquent mutuellement et vont alors faire la paix. Gérer la crise de son enfant n’est pas simple, même pour une mère psychologue. "Adorables" parvient à déconstruire l’idée d’une famille parfaite qui vivrait sans aucune dispute. Il nous montre au contraire, que dans une famille, chacun a sa part de responsabilité et qu’il est toujours possible d’avoir une seconde chance.

On ressort donc satisfait d'avoir vu "Adorables". Certes, avec une histoire relativement courante au cinéma il faut en convenir, mais qui se démarque avec quelques pointes d’originalité. Vous êtes parents d’un(e) adolescent(e) ou vous êtes vous-même une jeune personne en crise d’adolescence ? "Adorables" est fait pour vous !


Tous nos contenus sur "Adorables" Toutes les critiques de "Sashah Hillairet"

ça peut vous interesser

J’irai mourir dans les Carpates : Une fiction réussie ?

Jérémy Joly

Enorme : Etonnant !

Rédaction

La femme d’à côté : Ni avec toi, ni sans toi

Rédaction