15 décembre 2019
Critiques

Alice et le maire : Une leçon de politique et d’amitié

La critique du film Alice et le maire

Par Clara Lefèvre-Manond


Dans les salles de cinéma à partir du 2 octobre, "Alice et le Maire" nous entraîne dans l’effervescence de la mairie de Lyon. À travers ce film, ressort un lien d’amitié dans le monde complexe et particulier qu’est la politique.

 "Alice et le Maire", c’est l’histoire de Paul Théraneau, Maire de la ville de Lyon, et d’Alice Heimann une jeune et brillante philosophe. Après trente ans de vie politique, le Maire se sent complètement vidé. Pour remédier à ce problème, on embauche Alice. Dès leur première rencontre, le dialogue se noue et le rapprochement entre Alice et Paul Théraneau va venir chambouler leurs certitudes et leur avenir commun.

Réalisée par Nicolas Pariser, on retrouve dans cette comédie dramatique Fabrice Luchini, Anaïs Desmoustier et Nora Hamzawi. Luchini, qui joue le rôle du Maire, éblouit une fois de plus par son jeu d’acteur et par son élocution. À propos des dialogues, Anaïs Desmoustier confiait avoir fait « un travail préparatoire avec Fabrice Luchini », pour s’approprier au mieux les dialogues. En effet, les lignes sont parfois longues et remplies de mots épineux.

Pour son second long-métrage, Nicolas Pariser revient à nouveau avec une thématique politique. En effet, il avait réalisé en 2015, le thriller "Le Grand jeu". Avec "Alice et le Maire", le réalisateur a choisi de traiter la politique avec une comédie. Au travers du film, la question de l’action politique se pose. En effet, le Maire, à court d’idée, retrouve sa pensée et son énergie grâce à Alice. Mais une fois qu’il est remis sur pied, on souhaiterait qu’il arrête à nouveau de penser. Ce qui est, au final, paradoxal et contre-productif.

Le réalisateur oppose dans son film deux mondes : « d’un côté la pensée et de l’autre le monde de l’action. Comme dans "Le Grand Jeu" je me demande : pourquoi ceux qui agissent ne pensent pas et pourquoi ceux qui pensent n’agissent pas ? Dans mon expérience personnelle, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui agissait et qui s’est mis à penser. En revanche, j’ai rencontré beaucoup de gens qui pensaient et qui, du moment où ils ont commencé à agir, ont cessé de penser », expliquait Nicolas Pariser lors de l'avant-première qui s'est tenue à Kinepolis Lomme le Samedi 14 Septembre. Aussi, on se rend compte de l’effet que peut avoir le monde politique sur les gens. Car, à un moment donné, Alice Heimann se retrouve dans une situation déplaisante et finira par craquer.

"Alice et le Maire", c’est aussi un regard, un éclairage sur l’amitié. Deux personnages qu’a priori tout oppose vont très vite nouer un lien d’amitié à travers leurs échanges. Alice vient en quelque sorte challenger l’esprit du Maire, quitte à revoir sa manière de penser et de bousculer sa vision. Pour Paul Théreaneau, Alice est une bouffée d’air frais.

 "Alice et le Maire" est une comédie rafraichissante, qui donne de quoi réfléchir et nous donne une leçon sur l’amitié et la politique. Alors direction les salles obscures dès le 2 octobre 2019 !


Tous nos contenus sur "Alice et le maire" Toutes les critiques de "Clara Lefèvre-Manond"

ça peut vous interesser

Gloria Mundi : En avant Guédiguian !

Rédaction

Après le prénom le meilleur reste à venir

Rédaction

Rencontrez Patrick Bruel à Kinepolis Lomme !

Rédaction