18 juillet 2019
Critiques

All is lost : Critique n° 1

Tout simplement puissant.

Un film dur, mais à la rugueuse poésie qui sied si bien au profil cabossé du grand Robert Redford. Cette année, dans l'espace trônera "Gravity" et sur les mers dominera "All is Lost".

J.C. Chandor avait stupéfait avec "Margin Call" en parvenant à nous passionner à la manière d'un thriller, au travers d'une plongée cynique et passionnante dans le monde impitoyable de la finance. Se déroulant entièrement dans les bureaux de Wall Street, le film avait valeur pédagogique, avec un véritable suspense à la clé.

Pour son deuxième long métrage, le réalisateur choisit une direction radicalement différente, puisqu'il se déroule en pleine mer, suite à un naufrage, avec un seul personnage, joué par Robert Redford, sans paroles, ou presque. Dès lors, "All Is Lost" prend vite des airs de récit allégorique. Uniquement des airs, cependant, car le film n'emprunte pas la voie, la plus facile, du récit symbolique facilement lisible.

J.C. Chandor nous donne une simple et pure leçon de survie en pleine mer. Il filme comme on tranche dans le vif, avec précision, netteté et sans pathos. La grande prouesse du film étant de traiter un événement quasi statique, froid et déprimant de manière inventive, et touchante. La complexité de ce qui se passe dans [le regard de Robert Redford] cette invitation adressée à la caméra de sonder un abîme de douleur vertigineux est presque un film en soi (...), l'acteur de "Butch Cassidy et le Kid" ou encore "Les 3 jours du Condor" est de retour, et il constitue la première raison de s'abandonner à cette fascinante et extraordinaire leçon de courage et de survie.

Maitrisée de bout en bout à tous les niveaux, cette odyssée maritime malheureuse orchestrée par le désormais confirmé J.C. Chandor invite son spectateur à vivre un moment de cinéma total, lorsque tous les artifices sont maitrisés avec sagesse et intelligence.

En deux mots : J.C. Chandor fait muer son récit d'aventures et de survie en un voyage brûlant aux tréfonds de l'âme humaine, porté par un Robert Redford magnétique. On en sort le souffle coupé, épaté par la force de l'interprétation.

Auteur :Nicolas Vasseur
Tous nos contenus sur "All is lost" Toutes les critiques de "Nicolas Vasseur"