Critiques

Alliés : Le temps d’aimer et le temps d’être mitigé

Sans être un grand fan ou un grand connaisseur du bonhomme, Zemeckis est un réalisateur dont je ne rate pas les films depuis quelques années et tel est encore le cas avec "Alliés".

"Le Drôle De Noël De Scrooge" était une adaptation palpitante et effrayante d'Un Conte De Noël de Charles Dickens pour le compte de Disney, un studio qui maîtrise bien cette oeuvre comme en témoignait déjà le mémorable Le Noël De Mickey.

"Flight" devenait trop moraliste dès lors que le pilote excellemment incarné par Denzel Washington arpentait les sentiers de la rédemption mais il y avait tout de même Denzel en grande forme et une première partie réjouissante avec en point d'orgue des péripéties aériennes tout bonnement tétanisantes.

"The Walk - Rêver Plus Haut" était un hommage touchant de candeur à l'art et au rêve dont la mise en scène prenait un malin plaisir à nous décrocher la mâchoire.

Cet automne, l'un des plus fervents expérimentateurs visuels d'Hollywood propose aux spectateurs un long-métrage plus classique avec "Alliés", un drame d'espionnage en pleine Seconde Guerre mondiale articulé autour de Marion Cotillard et Brad Pitt. Bien que le résultat final soit loin d'être honteux, il fait tout de même l'effet d'un pétard mouillé.

Difficile de trouver beaucoup à redire sur le plan visuel. La pluvieuse Londres et le lumineux Maroc français sont bien mis en valeur par la photographie de Don Burgess. Zemeckis, même si il est plus timoré que d'habitude, a encore quelques tours dans son sac comme en témoignent le jeu avec les miroirs, les mini-plans-séquences lors des rares confrontations avec l'ennemi et quelques idées de mise en scène plutôt classes comme un accouchement sous les bombes allemandes ou une scène de sexe en pleine tempête de sable.

C'est inattendu mais "Alliés" pêche dans sa principale raison d'exister, à savoir ses deux acteurs principaux. Marion Cotillard et Brad Pitt ne sont pas mauvais pour un sou mais ils livrent chacun une prestation correcte, sans plus.

En outre, parce que "Alliés", en raison d'un scénario qui n'offre rien de fort à partager à ses principaux protagonistes, a été incapable de créer une puissante alchimie au sein d'un couple d'acteurs qui semble se contenter de faire le boulot sans jamais chercher à se dépasser, le spectateur ne pourra pas se sentir émotionnellement impliquée dans l'enquête de Max Vatan.

Quelques scènes semblent vouloir traiter de l'impact d'une guerre sur les relations humaines et de l'emprise de la bureaucratie sur la sphère privée mais c'est malheureusement à peine effleuré. Le dernier quart d'heure est un peu plus intense, mais il est contaminé par l'écriture trop mécanique en amont et il se conclut assez abruptement.

Malgré d'indéniables atouts plastiques, "Alliés" est bien trop désincarné pour ne serait-ce que satisfaire et c'est regrettable d'en arriver à ce genre de conclusions quand on sait qui est à la barre du navire.

Auteur :Rayane Mezioud

Tous nos contenus sur "Alliés" Toutes les critiques de "Rayane Mezioud"

ça peut vous interesser

Premières images du prochain Tarantino

Rédaction

La série Seal Team saison 1 en DVD

Rédaction

Glass : Inclassable

Rédaction