14 décembre 2019
Critiques

American Sniper : Pas d’empathie

Clint Eastwood n'a pas eu les épaules assez solides (l'âge ?) pour filmer ses séquences de guerre en version 100 000 volts ! C'est bien dommage, quand on cherche un peu à comparer "American Sniper" avec la série de films qui traite de près ou de loin des conflits irakiens, ou afghans : "Le Royaume", "Mensonges d'Etat", "Zero Dark Thirty" entre autres.

"American Sniper" se vit très bien durant les 20 premières minutes, puis la critique de la religion sur un plan général disparaît au profit d'une succession de shoots de snipers (tireurs d'élite), de retours aux Etats-Unis (permissions), avec un couple, magnifique, de prime abord, qui s'efface petit à petit, puis pour de bon au profit d'une atmosphère totalement martiale : Mustafa est l'ennemi public numéro 1 ; le Boucher est un autre ennemi à abattre, certes, mais l'approche faite de ces deux personnage est totalement superficielle : à aucun moment, ces deux grands ennemis ne sont vraiment approfondis sur le plan scénaristique. On perd en trivialité, en tension nerveuse...

Bradley Cooper fait ce qu'il peut (une prestation plus qu'honnête), mais, soumis au scénario sans vraie profondeur dans son personnage, celui-ci demeure inefficace pour permettre aux spectateurs la moindre identification, la moindre empathie envers son personnage. Ce monde, bâti par Clint Eastwood, en s'inspirant d'une histoire vraie, me semble demeurer tout au long de ce long-métrage, comme trop lointain, mal identifié, mal façonné à l'image comme au scénario. Un manque d'expertise également, se ressent, au scénario, dans la construction des personnages du "Boucher" et de Mustafa.

Avec un tel manque de d'envolées homériques au scénario et à l'image, "American Sniper" se réduit finalement à un film de plus sur les conflits actuels états-uniens. Il est étonnant, venant de Clint Eastwood, que l'ensemble des bonne ficelles du scénario, n'aient pas été assumées totalement. "Mystic River" était grandiose. "Million Dollar Baby" aussi. "Pale Rider" également : mais du coup, on se demande vers quoi va Clint Eastwood en terme de choix cinématographiques. Car il campe toujours sur ses positions, indéfiniment, de cinéaste conservateur.
Auteur :Frédéric Coulon
Tous nos contenus sur "American Sniper" Toutes les critiques de "Frédéric Coulon"

ça peut vous interesser

Le Cas Richard Jewell étudié par Clint Eastwood

Rédaction

Chadwick Boseman dans Manhattan Lockdown

Rédaction

Doctor Sleep : Mike Flanagan a osé

Rédaction