Critiques

Apprentis parents : Une histoire vraie qui fait du bien

La critique du film Apprentis parents

Par Alexa Bouhelier Ruelle



Maladroit mais sincère. Enervant mais attachant. "Apprentis parents" est l’équivalent cinématographique d’un chiot qui vous lèche le visage : c’est dégoûtant, mais plein de bonnes intentions, et c’est inutile de résister. Le film a de l’esprit et un vrai sens du réalisme, avec une famille où le quotidien est fait de petits bobos et de grosses surprises.

"Apprentis parents" pourrait être le "Portrait craché d’une famille modèle" (1989) de notre génération. La comédie de Ron Howard, sur des parents dépassés par les événements ressemblait plus à une sitcom qu’autre chose. Or le film sonnait juste et "Apprentis parents" joue dans la même ligue.

L’humour est à double tranchant, ça passe ou ça casse. Toutefois, Mark Wahlberg et Rose Byrne forme un duo parfait, même si le scénario fait que leurs rôles sont un peu vieillots. Cependant, Mark Wahlberg est constant et totalement conscient de son absurdité. Alors que Rose Byrne est très drôle dans le rôle d’Ellie, cachant sa peur derrière un masque d’apprentie maman qui veut absolument bien faire.

"Apprentis parents" caricature leur désespoir sans gâcher la sympathie que le spectateur peut avoir pour eux. Et, au fur et à mesure que le film avance, et que le scénario dévoile le passé des enfants, le champ des émotions s’élargit pour laisser place à des personnages riches et touchants.

Ce n’est pas pour autant que le film est pointu et nuancé, ou qu’il essaie de résoudre les problèmes de race, de classe ou de privilège, inévitablement mis en lumière par le scénario décrivant l’état du système de famille d’accueil aux États-Unis. Le film tente d’aborder ces questions, mais elles sont très vites mises de cotés avec humour, d’un simple revers de main.

Sean Anders a écrit et réalisé les deux "Very Bad Dads", ainsi que "Comment tuer son boss 2". On ne va donc pas voir ses films dans l’attente d'une sophistication particulière. Pas plus que l’on va voir un film de Michael Haneke pour se remonter le moral.

Cependant, "Apprentis parents" étend sa perspective pour trouver une texture plus qu’acceptable, qui se rapproche des comédies de Judd Apatow. Le film est bien réalisé et redéfinit la folie familiale du quotidien comme normal. C’est principalement ce qui rend le film pertinent.

"Apprentis parents" est bourré de bonne intentions et on en ressort finalement plus fort.

Toutes les critiques de "Alexa Bouhelier Ruelle"

ça peut vous interesser

Nous finirons ensemble : Un film sans aucune prétention

Rédaction

Alex, le destin d’un roi : Une aventure post Brexit

Rédaction

Mon inconnue : Une Rom-com française tendre et fantastique

Rédaction