5 décembre 2020
Critiques

Au Bonheur des Ogres : Joli moment de cinéma

Par Teddy Fernandes

Attention le métier de bouc émissaire peut nuire a votre santé et celle de votre entourage !

Cinq ans après son premier film, le réalisateur Nicolas Bary est de retour avec "Au Bonheur des Ogres" (distribué par Pathé Films) qui est une bonne comédie française déjantée et barrée. On pouvait en attendre un peu plus dans le genre et même si elle donne moins que ce que l'on pouvait souhaiter, elle demeure amusante.

C'est donc avec plaisir que je suis rentré, pour ma première incursion, dans l'univers de Daniel Pennac, qui est ici adapté par Nicolas Bary, le réalisateur des "Enfants de Timpelbach", film que je n'ai toujours pas vu d'ailleurs. Je n'ai pas lu les livres de Pennac et je peux donc me baser que sur le film lui-même qui est, au final, un bon divertissement. Le réalisateur nous livre une comédie pétillante pleine de charmes et de drôleries. Elle est à la fois décalée et fun. C'est un petit festival d'aventures malchanceuses dans les rues de Paris, et surtout les allées de ce beau magasin, qu'on s'apprête à vivre.

J'ai beaucoup aimé l'idée de départ, que j'ai trouvée excellente par ailleurs, et l'histoire qui nous est racontée est agréable. Quoique ce soit moins exubérant que ce à quoi je m'attendais, au vu au de la bande annonce notamment, mais je me suis bien amusé. L'histoire se suit avec plaisir, le scénario est super chouette, les rebondissements sont bons et souvent inattendus. Les scènes d'aventures racontées m'ont enchantées. J'observe, qu'avec la façon dont le personnage en parle, on ne peut que retomber en enfance et être à l'écoute avec l'envie de savoir la fin de son histoire. C'est frais et ce type d'intrigue permet de s'évader, comme tout le film d'ailleurs. J'en suis ressortie ivre de bonheur et le sourire aux lèvres.

Pour une petite comédie, j'ai été surpris de la qualité visuelle de l'ensemble. C'est plein d'effets spéciaux qui n'écrasent pas le contexte et servent l'histoire. Il y a beaucoup de créativité et l'on devine que le réalisateur a tout fait pour nous offrir quelque chose de fin et de bien différent de ce que l'on a l'habitude de voir. C'est un peu facile, mais, dans certains aspects et son délire, le film m'a fait penser à ce que Michel Gondry réalise de son côté.

Raphaël Personnaz, qui grimpe de plus en plus ces derniers temps, est très bon dans ce film. Il y joue un homme un peu dépassé par sa condition, un homme qui n'a pas d'autre choix. Le comédien est tout aussi drôle, par sa maladresse, que tendre dans ses choix et ses relations. Il prouve encore une fois que c'est bien l'un des grands espoirs du cinéma français. On retrouve aussi au casting la belle et sensuelle Bérénice Bejo dans le rôle d'une journaliste, Guillaume De Tonquédec dans celui du directeur du magasin, Thierry Neuvic un peu agaçant dans le rôle d'un flic, mais très bon puisque c'est le rôle qui veut ça. Alice Pol, m'a beaucoup amusée dans le rôle d'une psychiatre. Et pour terminer l'évocation de la distribution artistique, il faut mentionner la présence d'Emir Kusturica dans un petit rôle et une apparition haute en couleurs d'une Isabelle Huppert presque détestable dans son genre.

C'est donc un joli moment de cinéma que ce "Bonheur des Ogres". Ce n'est pas la meilleure comédie de l'année c'est certain, mais c'est un film cool devant lequel on prend du bon temps, devant lequel on s'amuse. Alors ? Que demander de plus ?

Auteur :Teddy Fernandes
Tous nos contenus sur "Au Bonheur des Ogres" Toutes les critiques de "Teddy Fernandes"

ça peut vous interesser

Mon Cousin : Celui qu’on aime

Rédaction

Mon Cousin : Complètement fou ?

Rédaction

Petit Pays : Une folie humaine à hauteur d’enfant

Rédaction