25 juillet 2021
Archives Critiques

Bandits : Ménage à trois

Barry Levinson aime filmer l'envers de l'Amérique, ses petites contradictions et ses grands espaces. Good morning Vietnam, Rain Man, Des hommes d'influence et maintenant Bandits l'amènent à filmer des américains pas aussi parfaits qu'ils voudraient nous le faire croire. A chaque fois, de Robin Williams à Robert De Niro en passant par Tom Cruise, Dustin Hoffman ou Brad Pitt, le cinéaste le fait avec l'aide d'une icône du cinéma américain, ce qui rend ses films d'autant plus savoureux.

Joe Blake et Terry Collins sont co-détenus à la prison fédérale de l'Oregon. Le premier est aussi fort que l'autre est couard. Le costaud et l'intelligent binoclard profite de travaux pour prendre la poudre d'escampette et, pour subvenir à leurs besoins, braquent des banques sans aucune violence. Devenus célèbres pour leurs exploits, surnommés les gentlemen cambrioleurs, les deux complices se remplissent les poches en vue d'une retraite méritée lorsque va débouler dans leur vie Kate Wheeler : une jeune femme déboussolée et négligée par son mari qui va se prendre d'affection pour les deux hommes.

En dépit de son titre, Bandits n'est pas un film de cambriole, ce n'est pas le sujet du film et Levinson ne s'y attarde pas. Ce qui fait le coeur de cet étrange road-movie, c'est le duo qui devient trio. Blake et Collins, liés par une collaboration efficace en viennent à se chamailler et à se contester le droit de profiter de la présence de la jeune femme. En suivant l'odyssée des trois larrons (et de leur complice, un féru de cascades en tous genres) Levinson en profite pour donner quelques coups de griffes à l'Amérique du spectacle et du spectaculaire.

Si Bruce Willis et Billy Bob Thornton y font preuve d'un sérieux et d'une sobriété parfaites pour le film, Cate Blanchett apporte la fantaisie au groupe. L'ensemble constitue une comédie qui fonctionne plutôt bien même si parfois le mélange des genres s'avère moins réussi. Derrière la caméra, Levinson en profite pour laisser traîner son regard perçant sur l'Amérique contemporaine et donne ainsi au film une profondeur bienvenue.
Auteur :Guillaume Branquart
Tous nos contenus sur "Bandits" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"