20 novembre 2019
Critiques

Batman v Superman : L’Aube de la Justice : Patchwork indigeste

"Batman vs Superman : L'aube de la justice" est arrivé. Cela fait des mois que les effets d'annonce se succèdent pour amener une attente digne de ce combat entre deux héros mythique. Attendu, le film est aussi descendu par la critique tout en faisant un carton au box-office. Rien d'étonnant une fois le film vu.

La fronde est venue d'internet. Comme souvent désormais. Comment peut-on dire du mal de "Batman vs Superman" ? LE film le plus attendu de ce début d'année. Le retour en force de DC Comics sur un terrain depuis longtemps occupé par Marvel ses "Avengers" et autres super- héros.

Il est vrai que pour les fans de cet univers, le film offre une alternative bienvenue. Et c'est presque pour les mêmes raisons que la critique se montre sévère envers le film. Mais d'abord, il faut mettre à mal un retour qui se répand chez les spectateurs amateurs de blockbuster. « Finalement, "Batman vs Superman", c'est un peu comme les "Avengers" ».

Faux. Car l'univers de DC Comics n'est pas celui de Marvel, et sans rentrer dans les détails, il faut faire remarquer que le traitement des Avengers est bien plus coloré, lumineux et surtout bien plus « fun » que les héros de DC Comics. Surtout dans "Batman vs Superman : l'aube de la justice".

Deux points en particuliers peuvent illustrer ces différences. Là où les Avengers sont plus « fun », plus insouciants, plus jouissifs dans leurs combats, il en va au détriment du réalisme humain.

Avec le personnage de Batman, le nouveau film produit par DC Comics rappelle régulièrement ce point de vue humain et cela dès le début du film où le combat entre le général Zod et Superman est vécu par un Bruce Wayne spectateur d'une destruction massive.

Les combats ont, eux, toujours lieux dans des zones non habités. La deuxième différence concerne le traitement visuel du film, bien plus sombre que les Avengers. C'est la signature d'un certain Zack Snyder.

Après un controversé "Man Of Steel" et un retour du côté des guerriers spartiates, le réalisateur américain était très attendu avec "Batman vs Superman". Autant vous le dire de suite, sa proposition divise les fans. Certains poussent un ouf de soulagement, d'autres un cri de satisfaction et certains lancent une pétition sur Internet contre le cinéaste. Une chose est sure, la tâche n'était pas facile.

Le mérite de Zack Snyder réside en l'empreinte visuelle qu'il a laissée sur son film. Elle a le mérite d'être particulière, bien différente de toutes productions Marvel à ce jour.

Pas de doute, chez Warner Bros, il y avait une volonté de se différencier en donnant le bébé à un réalisateur à l'identité cinématographique bien établie. Après tout, la plupart des cinéphiles reconnaitront que, lorsqu'un projet est associé à Zack Snyder, l'attente ne va pas vers un conformisme visuel.

La filmographie du bonhomme en témoigne. "Batman vs Superman : l'aube de la justice" donne un point de vue humain et sombre sur cette opposition entre deux figures des super héros, une réussite sur ce point.

La Major américaine a bien choisi le réalisateur tout en lui compliquant fortement la tâche. En effet, Zack Snyder prend sur lui les nombreuses critiques faites à son film, des retours négatifs qui se concentrent en grande partie sur le récit. Trop long, trop introspectif, trop brouillon, trop fourre-tout…

Oui mais. Bon, c'est vrai, 2h45 de film pour un combat annoncé qui ne dure que dix minutes avant que Batman retourne sa veste (ah Martha…), c'est un peu court pour une telle promesse.

Puis, Zack Snyder a voulu faire une histoire complexe centrée sur Batman au début. Un choix loin d'être malvenu tant le personnage a du relief avec, au passage, un très bon Ben Affleck, là où beaucoup craignaient le pire...

Mais tout vole un peu en éclats au moment de la rencontre des deux héros. Le film retombe et devient plus prévisible. Notamment à cause du personnage de Lex Luthor, interprété par un Jesse Eisenberg qui en fait trop. Lex Luthor n'a jamais eu besoin de paraitre cinglé pour être inquiétant voire terrifiant. Enfin, il y a les demandes de la Warner.

Les apparitions de Wonder Woman d'abord qui arrive trop tardivement, mais surtout les caméos et autres préparatifs aux autres films. Car Zack Snyder ne devait pas uniquement se focaliser sur la trame de son film. Il devait aussi intégrer les personnages des futures franchises. Pas moins de quatre films. "Wonder Woman" bien sûr, "Justice League part 1" ensuite, "Aquaman" aussi et enfin la nouvelle saga "Batman".

Enfin, il faut ajouter la demande d'un final spectaculaire car il fallait un gros méchant étant donné que les deux super-héros n'allaient pas vraiment se battre. Zack Snyder a choisi DoomsDay.

Alors, certes, visuellement ça claque mais cela ajoute cette impression Patchwork qu'amènent les autres apparitions du film. Alors oui le récit est quelque peu malmené, complexe pour n'apporter que peu de chose au final sur ce film tout du moins.

Un récit qui apparaît comme un point de départ aux autres films au détriment de l'ambition voulue par le réalisateur. Un cinéaste qui va, semble-t-il, continuer à mettre en image l'univers de DC Comics. Pour le pire et pour le meilleur.

Une chose est sure. Les Avengers et autres héros Marvel en seront loin et quitte à voir les films de super-héros se multiplier d'avantage, il est bon d'avoir des propositions différentes.

Auteur :François Bour

Tous nos contenus sur "Batman v Superman : L'Aube de la Justice " Toutes les critiques de "François Bour"

ça peut vous interesser

Doctor Sleep : Mike Flanagan a osé

Rédaction

Retour à Zombieland de Ruben Fleischer : La critique

Rédaction

Joker : Plaisanterie de courte durée

Rédaction