31 juillet 2021
Archives Critiques

Bellamy : Subtil

"Bellamy" est un film assez subtil qui, autour d'une intrigue policière quelconque, entraîne le spectateur dans de multiples questionnements. Servi par de très bons comédiens, Chabrol s'interroge sur la destinée de chacun et nous propose des personnages forts complexes. Paul Bellamy, commissaire parisien respecté, vient comme tous les ans se ressourcer dans la belle ville de Nîmes en compagnie de sa femme. Ce « tranquille ordinaire » est rapidement perturbé par un homme (Jacques Gamblin) qui cherche secours en la personne du flic expérimenté campé par le grand Gérard Depardieu. Il s'accuse d'avoir tué un homme qu'il aurait fait passer pour lui-même afin d'arnaquer son assurance. Son histoire comprend de nombreuses zones d'ombres qu'il peine à expliquer. Poussé par la curiosité, Bellamy va enquêter sur cette sombre histoire, rassemblant peu à peu les pièces du puzzle. Mais ce scénario policier, somme toute banal, est considérablement enrichi lors de l'arrivée de Jacques Lebas (Clovis Cornillac), frère de Bellamy. Alcoolique, pique-assiette et tourmenté, il vient troubler le quotidien du couple parisien. Les relations fraternelles se révèlent compliquées et prennent alors une place centrale dans le scénario.

Pour cette première collaboration, Chabrol et Depardieu signent un long-métrage plutôt réussi grâce à des acteurs au jeu remarquable. Malgré un scénario banal, le réalisateur entraîne le public à s'interroger, à comprendre les sous-entendus, à saisir les rares perches tendues sans pour autant n'être jamais sûr du vrai. Le rythme lent n'entraîne pas l'ennui mais conduit à la réflexion et l'interrogation. Depardieu incarne avec justesse un personnage élaboré qui ne cesse de se questionner sur sa réussite et sur la chance qui l'habite. Il aurait très bien pu devenir comme son frère, cet individu qu'on peut presque considérer comme son autre « moi », cet homme dont la vie est rythmée par l'échec. Son succès il le doit sans doute à sa femme qui l'admire et le soutient en chaque instant. Marie Brunel est parfaite dans ce rôle d'épouse attentive et éclairée. Les relations qu'elle entretient avec Jacques sont d'ailleurs pleines d'ambiguïté ce qui donne encore plus de relief au film.

L'intrigue policière n'est finalement qu'un prétexte et on regrette les trop rares apparitions de Jacques Gamblin. Depardieu occupe le devant de la scène de par son énormité au sens propre comme au sens figuré. Néanmoins, tout ne repose pas sur ses épaules et les autres acteurs ont largement la place d'exposer leurs talents. Un film qui, bien évidemment, ne s'adresse pas à tous les publics mais, qui entraîne réflexion de par ces nombreux sens cachés malgré une fin trop attendue.

Auteur :Julien Deplechin
Tous nos contenus sur "Bellamy" Toutes les critiques de "Julien Depelchin"

ça peut vous interesser

Kaamelott : Le retour du roi

Rédaction

Mystère à Saint-Tropez : Catastrophe !

Rédaction

Des hommes : l’Algérie comme fardeau

Rédaction