14 décembre 2019
Critiques

Belle et Sébastien : Bol d’air pur

Le jour se lève sur la bergerie, la montagne explose de toutes les couleurs d'un matin d'été. Les chaussures lacées, les sacs bouclés, l'enfant du pays et le berger escaladent la montagne. Les torrents fougueux sont déchainés. A chaque pas éclate une symphonie florale. Partout du rose, du bleu, du jaune, du fuchsia… La montagne est filmée avec passion. Le spectateur en prend plein la vue.

Il y a bien des raisons de se laisser séduire par "Belle et Sébastien". Un panorama d'images sublimes en trois saisons, une photographie de haute qualité qui nous subjugue. Jamais les décors naturels n'ont été autant mis en valeur. La beauté des paysages est telle, que le film nous offre un grand spectacle alpin. On reconnaît bien Nicolas Vanier, son savoir faire et sa passion pour les milieux montagnards ("Le Dernier Trappeur", "Loup, L'enfant des neiges"). Il sait filmer les milieux naturels et parvient à nous transporter en haute montagne. 1H3O de dépaysement garanti !

Pour "Belle et Sébastien" la réalisation s'est déplacée en Haute Maurienne pour un tournage autour de Bessans et Bonneval-sur-Arc. L'histoire se déroule en 1942, pendant l'occupation, un moyen peut être d'échapper à la comparaison avec l'œuvre de Cécile Aubry (scénariste et réalisatrice de la série) et une occasion pour un public multi générationnel de découvrir "Belle et Sébastien" autrement.

L'esprit de "Belle et Sébastien" est plein de bons sentiments, et fait du bien au cinéma français ! L'adaptation d'un feuilleton culte des années 60, une histoire simple, une tendre amitié entre un petit garçon et un animal inscrivent naturellement le film dans un registre « film d'enfant »... Et les adultes ? Qu'en pensent ils ? Eh bien, pour ma part, je conseille ce film à tous ceux qui veulent rester en haut de la montagne, au milieu des chamois et des marmottes avec leur « âme d'enfant ». Le plaisir rare que procure "Belle et Sébastien" est un peu celui d'un grand bol d'air.

Restez jusqu'à la fin du générique ! Le vrai message du film se dévoile à la dernière minute. Et poursuivez, si vous le désirez, avec une lecture qui témoigne de la vie des enfants montagnards : « Une soupe aux herbes sauvages » d'Emilie Carles.

Auteure : Diane Jacquin

Tous nos contenus sur "Belle et Sébastien" Toutes les critiques de "Diane Jacquin"

ça peut vous interesser

J’accuse de Roman Polanski : La critique

Rédaction

Rencontrez Une Belle Equipe à Kinepolis Lomme !

Rédaction

Rencontrez l’équipe du film Play

Rédaction