Archives Critiques

Bienvenue chez les Ch’tis : Et dans Ch’ Nord !

Genre très souvent méprisé par les critiques de cinéma, la comédie populaire requiert pourtant de vrais talents pour être réussie. Il vous faut le sens du rythme, de l'écriture et de la mise en scène. Des qualités rarissimes dans la production cinématographique actuelle. Aussi, sans faire preuve de génie, Dany Boon aura montré, avec "La Maison du Bonheur", qu'il était capable d'adapter intelligemment sa propre pièce de théâtre « La vie de chantier » dans une comédie parfaitement divertissante. Avec "Bienvenue chez les ch'tis", il quitte la région parisienne pour un retour aux sources savoureux. Ce dernier met en scène le choc des cultures entre un patron du sud bobo et ses employés nordistes 100 % ch'tis. L'occasion de mettre en lumière les clichés de la région pour mieux les saper. Le tout via une comédie à la fois généreuse et sympathique.

Mine de rien, Dany Boon est en train de se construire une carrière assez impressionnante. Contrairement à beaucoup de comiques issus du one man show ou de la télévision, il ne s'est encore jamais compromis dans une comédie irregardable (bon, on va oublier "Pédale Dure"). Ses deux premiers longs-métrages laissent entendre qu'il est un metteur en scène prometteur. En effet, même s'il ne révolutionne en rien les codes de la comédie, "Bienvenue chez les ch'tis" se pose comme un divertissement solide avec des qualités évidentes. Manifestement, les comédiens prennent beaucoup de plaisir à participer à l'aventure. Ainsi, certaines scènes comme l'escapade dans un restaurant du vieux Lille sont authentiquement réussies. Elles transpirent d'une vraie sincérité dans la représentation de la fameuse chaleur humaine des gens du nord.

Toutefois, le scénario ne repose pas que sur ces clichés. Parce qu'il n'hésite pas à jouer sur un comique de situation fort efficace. Certaines séquences s'imposent alors comme de vrais morceaux de bravoure. Notamment ce pur « film dans le film » où le personnage de Kad Merad décide de coacher Dany Boon afin de lui faire refuser le petit verre offert par les habitants du coin trop contents de voir débarquer le facteur. On en dit pas plus. Toutefois, la scène rappelle les meilleurs duos de la grande comédie française, celle de Gérard Oury à l'époque de Bourvil et de Louis De Funès. On regrettera alors que certains personnages secondaires tempèrent un peu l'enthousiasme général. Caricatural, celui de Zoé Félix est à la fois trop énorme pour être crédible. De surcroît, elle est trop énervante pour susciter l'empathie dans son histoire d'amour avec le personnage de Kad Merad.

Côté nordiste, c'est beaucoup mieux ! Avec un éventail de seconds rôles attachants, brossé avec tendresse par un enfant du pays. Ce dernier pose un regard bienveillant sur une région dont il choisit de montrer les aspects lumineux. Certains cyniques pourront s'en agacer. Car il est plutôt réconfortant de voir le Nord autrement que dans un reportage télévisé crasseux sur « l'alcoolisme chez les nourrissons à Tourcoing » ou « les jeunes mères séropositives accros au crack à Douai ». Donc, inutile de faire la fine bouche ou des « m'noulles » ! Ce n'est pas tous les jours qu'on peut voir dans les salles de cinéma françaises une comédie sympathique et divertissante. 

Auteur :Frédérick Lanoy
Tous nos contenus sur "Bienvenue chez les Ch'tis " Toutes les critiques de "Frédérick Lanoy"

ça peut vous interesser

Irréductible : Jérôme Commandeur vous attend

Rédaction

Adieu Monsieur Haffmann : Presque une réussite

Rédaction

André Dussollier : Attention au départ !

Rédaction