3 décembre 2020
Archives Critiques

Bienvenue chez les Rozes : La daube à la française

Avant toute chose, je tiens à préciser que la critique qui va suivre de "Bienvenue chez les Rozes" sera courte et extrêmement violente. Ce n'est pas toujours facile de parler d'un film (que l'on a aimé ou pas) mais parfois l'humble critique que je suis (ou que je crois être) se retrouve dans l'obligation de pondre un texte sur un film où il n'y a vraiment rien à dire, donc, autant faire court! C'est d'ailleurs ce que fera la sacro-sainte critique parisienne au sujet de ce film, pour une fois, imitons-là. Attention ! L es hostilités vont commencer... 

"Bienvenue chez les Rozes", le premier film de Francis Palluau, est une daube, une merde molle, une bouillie nauséabonde sur pellicule. Dans cette histoire de prise d'otages dans laquelle les victimes sont encore plus débiles et violentes que les bourreaux, tout sonne faux. Les dialogues sont nuls, les images crades, les acteurs font ce qu'ils peuvent (pauvre Carole Bouquet...), tout le monde essaie d'en faire des tonnes pour faire rire le spectateur qui ne souhaite plus qu'une chose, quittez cette salle au plus vite.

Je tiens à préciser que cette chose, que l'on appelle aussi un film, a été produite par Charles Gassot. Dire qu'il y a actuellement un problème de producteur en France est un faible mot. Après les 100 millions de francs dépensés pour "Le Raid" et "Monsieur N.", et après "Le Pharmacien de Garde" (autre daube de premier choix et de sinistre mémoire), le cinéma français continue de faire dans la dentelle.

Je ne sais pas pourquoi mais je pense à ce premier plan du film de Woody Allen, "Celebrity", dans lequel un avion trace avec de la fumée le mot HELP... Oui, on a vraiment envie d'appeler au secours lorsque l'on voit des films aussi affligeants.

Par pitié, spectateur, passez votre chemin, vous me remercierez, je vous assure...

Auteur :Christophe Roussel
Tous nos contenus sur "Bienvenue chez les Rozes " Toutes les critiques de "Christophe Roussel"

ça peut vous interesser

OSS 117 : Il revient !

Rédaction

Que la bête meure : Thriller hitchcockien

Rédaction

Redécouvrez Gus Van Sant et son Elephant

Rédaction