28 septembre 2021
Critiques

Bloody Milkshake : L’action sans saveur

Par François Bour


Bloody Milkshake est un film d’action où les « gunfights » et autres combats s’enchaînent. Cette co-production Netflix / StudioCanal a pour mérite d’avoir un casting féminin charismatique. Un film de plateforme qui a trouvé une place dans les salles obscures en quelques sortes. Ce qui ne l’empêche pas de passer à côté de son sujet.

Lena Headey, Michelle Yeoh et Angela Bassett ont sorti les « guns ». Pour les amateurs de films d’action qui suivent les séries américaines, il n’en faudra pas plus. Trois actrices dont les filmographies comportent quelques rôles significatifs. Et des personnages pour le moins charismatiques.

Charlie's Demons

Pardon, mais Bloody Milkshake, c’est la réunion de Cersei Lannister (Games of Thrones), Philippa Georgiou (Star Trek Discovery) et Athena Grant (911). Et il ne s’agit qu’une énumération de leur rôle dans de récentes séries à succès. Dire que ces actrices ont un talent indéniable et déjà une solide carrière derrière elles est une évidence. Dès lors, il est surprenant de ne voir ces actrices que dans des rôles secondaires. Au sein d'un récit centré sur une jeune tueuse au cœur tendre.

Bloody Milkshake est un film Netflix qui n’est pas sur Netflix. Du moins pas encore. Le film est bien proposé en salle, mais le cahier des charges est bien celui de la plateforme américaine. À savoir, un long métrage qui repose sur les grands noms de son casting et un scénario lisible pour ne pas dire simpliste. En l’occurrence, le réalisateur et scénariste israélien Navot Papushado s’est inscrit dans la mouvance « John Wick movies ». Ceux qui s'inspirent de la référence sans vouloir la copier pour finir par s'approcher de la caricature.

critique-bloody-milshake1
Carla Gugino, Angela Bassett et Michelle Yeoh - Copyright StudioCanal

C’est la tendance du moment dans les films d’action. Ici on suit Sam, consommatrice de Milkshake et accessoirement tueuse pour « La Firme ». Conglomérat obscur qui fait la pluie et le beau temps. Sam est dans ce « buisiness » depuis un jeune âge, ayant vu sa mère à l’œuvre. Son plan de carrière se déroule sans accrocs jusqu’au jour où elle fait face à un père qui vole de l’argent pour sauver sa fille kidnappée.

Un hors sujet à la distribution

La tueuse frappée par sa conscience morale se retrouve à défier « La Firme ». Cela au profit d’une jeune fille de 8 ans et demi qui va mettre quelques minutes à peine à surmonter la mort de son père. Et s’avérer être une apprentie au caractère affirmé. Mais il s’agit là de détails dans un récit qui veut surtout voir une tueuse se rebeller contre son employeur et un de ses concurrents. Un terrain propice aux confrontations sanglantes, la promesse de Bloody Milkshake. Seulement voilà que ces mêmes confrontations ne sont pas vraiment à la hauteur. La faute, d’une part, à une chorégraphie qui flirte un peu trop avec la comédie. D’autre part, Karen Gillan manque clairement de crédibilité dans les scènes de combat tout comme sa doublure. Essentiellement parce que les scènes ne sont pas assez fluide et l’aspect chorégraphié est bien trop visible.

Bloody Milkshake n’est pas un grand film d’action. Le présenter comme un John Wick au féminin n’est pas juste pour l’homme au costume. Pour autant, l’idée est séduisante. Imaginer, par exemple, Lena Headey en tueuse badass c’est intéressant. Y associer Michelle Yeoh et Angela Bassett aussi. Malheureusement, ces trois actrices ne relèvent le niveau du long métrage que dans la dernière ligne droite. Dans le seul « gunfight » vraiment fun du film.

Bloody Milkshake est un film qui est passé à côté de son sujet et du potentiel de son casting. Les acteurs et actrices les plus charismatiques sont cantonnés à des seconds rôles alors que les personnages les plus lisses sont, eux, les premiers rôles. Il faut y ajouter des scènes d'action trop souvent scriptés et une profondeur scénaristique quasi inexistante. Pour Netflix, cela peut suffire, malgré tout, à attirer quelques curieux. Mais pour le spectateur de cinéma, pas sûr que ce soit suffisant.

ça peut vous interesser

A quel prix ? : Le coût de la dignité

Rédaction

SAS Rise of the Black Swan : Mauvais signe

Rédaction

Chaos Walking : Sans faire de bruit

Rédaction