31 octobre 2020
Archives Critiques

Bowfinger : Acceptable

Voici un petit film sans prétention que celle de nous faire rire ou simplement sourire. "Bowfinger, roi d'Hollywood" est réalisé par Frank Oz, ancien marionnettiste à l'époque du célèbre "Muppet show" de Jim Henson et père de Yoda depuis "L'Empire contre-attaque" d'Irvin Kerschner, en 1980.

Le scénario est le suivant : Bobby Bowfinger, patron de la Bowfinger International Picture dont le siège est situé dans une zone déserte de Los Angeles, est un rêveur, loser criblé de dettes sur lequel aucun studio ne miserait un centime. Mais Bobby n'a pas dit son dernier mot. Emballé par un scénario de série Z écrit par un obscur comptable, il approche sous un fallacieux prétexte la superstar du film d'action, Kit Ramsey, qui l'éjecte sans ménagement de sa limousine. Bobby a alors l'excellente idée de filmer l'acteur en caméra cachée et d'en faire le protagoniste involontaire de sa série Z.  

C'est la cinquième réalisation de Frank Oz. A l'image de sa précédente production, sa technique est honnête mais sans génie, il se range ainsi dans la catégorie des habiles faiseurs dont Hollywood a tant besoin. On assiste donc au défilé d'une galerie de personnages stéréotypés et à un enchaînement de scènes cocasses qui nous arrachent quelques sourires. Eddie Murphy y joue un double rôle, à sa façon, pleine de sourires éclatants et d'égo démesuré. Une vieille habitude... Quant à Steve Martin, il tient la distance dans un style cohérent avec l'esprit du film mais qui laisse une impression plutôt aseptisée.

En définitive, "Bowfinger, roi d'Hollywood" est un film correct et sympathique, mais sans détonateur de plaisir burlesque ni moment de folie. A voir, un soir d'ennui...
Auteur :Paul de Moura
Tous nos contenus sur "Bowfinger" Toutes les critiques de "Paul de Moura"

ça peut vous interesser

L’Empire contre-attaque : 40 ans !

Rédaction

Faut-il revoir Dragon Rouge de Brett Ratner ?

Rédaction

Dracula Untold en DVD !

Rédaction