23 octobre 2021
Archives Critiques

Broken City : Critique

"Broken City" est donc à la base une simple enquête d'un ex-flic devenu détective privé. Simple sur le papier mais plus complexe dans les faits parce que, bien évidemment, l'histoire n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. Le scénario est donc plutôt efficace. Pas trop simple, pas trop complexe, et c'est ça que je pourrais lui reprocher. C'est finalement un peu trop simple à mon goût voire limite prévisible. Cela n'enlève en rien à la qualité du script qui est quand même d'un bon niveau, meilleur que la majorité des productions hollywoodiennes actuelles.

A la réalisation, on retrouve Allen Hughes, le co-réalisateur (avec son frère jumeau) de "From Hell" et "Le Livre d'Eli". Les 2 films pré-cités sont de genres totalement différents et Allen Hughes s'attaque ici à un genre auquel il n'avait jamais touché non plus, le thriller politico-policier. Il s'attelle à la tâche plutôt bien. Sa mise en scène est tantôt classique, tantôt plus travaillée. Les scènes avec Mark Wahlberg seul, dans le doute, sont plutôt jolies. Le montage est très efficace. Il n'y a pas de temps mort et la monteuse Cindy Mollo alterne habillement les scènes d'actions et celles de recherche.

"Broken City" repose aussi sur un casting de choix : Mark Wahlberg, Russell Crowe, Catherine Zeta-Jones, Jeffrey Wright, Kyle Chandler et Chance Kelly, ça a de la gueule sur papier. Même si aucun d'eux n'est réellement impressionnant, ils livrent tous une prestation plus que correcte. Ils sont sur un même pied d'égalité, il n'y en a pas un qui est meilleur qu'un autre et c'est ça qui est plutôt pas mal. On ne se dit pas que c'est LE film de Wahlberg ou de Crowe. Ils forment un ensemble, une des forces du film.

Les personnages sont donc nombreux. Ils sont assez classiques dans le sens où l'on retrouve effectivement le flic qui a fauté, mais dont les intentions sont louables; le maire autoritaire, et qui a du pouvoir; le flic droit dans ses bottes, mais pas forcément; la femme du maire qui n'est pas forcément ce qu'elle laisse paraître; etc. La liste est longue. Ils sont donc plutôt caricaturaux quoique assez étoffés (pour les personnages principaux du moins).

Evidemment, la bonne interprétation faite par les acteurs aide parce que, sans cela, "Broken City"  serait d'un classicisme absolu. Cependant, le personnage principal n'est pas celui joué par Wahlberg, comme on pourrait le croire, mais bien la ville de New York. Comme souvent au cinéma, cette ville prend une ampleur démesurée pas désagréable pour une fois. Alors que d'habitude on nous sert toutes sortes de plans aériens de tout Big Apple, Hughes réussit, ici, le pari de nous la montrer sous un angle différent. Il mixe les plans des beaux quartiers et de ceux où vivent les gens qui sont dans la précarité ou presque. Le tout, souvent de nuit, ce qui apporte un cachet supplémentaire non négligeable.

Auteur :Christopher Ramoné
Tous nos contenus sur "Broken City" Toutes les critiques de "Christopher Ramoné"

ça peut vous interesser

Le Loup et le lion : La mignonne cavale de deux animaux sauvages

Rédaction

What if… ? : Et si vous vous laissiez tenter ?

Rédaction

Infinite : Mais où est Highlander ?

Rédaction