5 décembre 2021
Critiques

Brother : La liturgie du renouveau

Par Alexa Bouhelier Ruelle


"Brother" est un film d’Arnaud Fournier Montgieux qui retrace à travers des témoignages touchants, l’histoire de ‘Brother’ François, le personnage principal du film. Originaire de la région parisienne, diplômé de l’École Centrale Paris et ayant débuté sa carrière comme ingénieur ferroviaire. Après ses études, il sent en lui murir une vocation à devenir « Franciscain du Bronx ». À l’approche de ses 30 ans, sa décision se concrétise et pose un choix radical, celui de dédier sa vie à la misère sociale du monde moderne, entre drogue, crime, gangs et pauvreté dans le ghetto de Newark.

Dans "Brother", le réalisateur transcrit de manière simple, authentique, et avec des émotions variées, le thème de la souffrance et de l’espérance - sans jamais que cette proximité ne paraisse voyeuriste. Le metteur en scène précise : "Elle ne devait pas déranger. Au contraire, le film permet à tout un chacun de questionner sa propre intimité, ses propres souffrances et sa relation au monde. De l’intime à l’universel. Nous suivons Brother François tout au long du film. Sa présence est essentielle. Elle permet aux témoins de se sentir en confiance de telle sorte que les rencontres se fassent de manière naturelle. Il est le trait d’union entre les diverses personnalités rencontrées. Nous vivons ces rencontres à travers son regard, ses émotions, sa culture française dans une culture américaine."

critique-brother1
Copyright Saje Distribution
Une beauté artistique

On pourrait parler de transparence, mais il n’y a rien à cacher dans "Brother", ou les personnes rencontrées parlent de drogue et de crimes en tout genre. Il s’agit plutôt d’éprouver ce qui est montré, et de comprendre le chemin parcouru. En renonçant à tout, ces hommes religieux ne quittent pas le monde ; en choisissant l’essentiel, ils le trouvent dans les situations les plus banales. C’est là où réside le message principal du film. Ce sont des personnes normales qui vivent une vie particulière, mais qui ne perdent jamais du regard leur part d’humanité. "Brother" ne prétend ni nous faire la leçon ni même nous apprendre quoi que ce soit sur la religion.

"Brother" est un film précieux, notamment par les temps qui courent. Ces visages diamétralement opposés mis à nu, ces destinées totalement exposées et qui accèdent à une nouvelle vie à travers ces rencontres. Cette pauvreté mis en image à travers les portraits et histoires de chacun ne renonce pas à la beauté artistique : de la peinture, de la musique. Elle ne fait pas l’impasse sur les sens, ne divise pas en catégories. "Brother" témoigne aussi, de par sa date de tournage, d’un monde d’avant en quelques sortes. Avant cette angoisse générale que la Terre entière ressent depuis début 2020.

Le film atteste même que le meilleur moyen de vivre l’angoisse est de la traverser de l’intérieur. À la fin, sans savoir de quoi l’avenir sera fait, tout se révèle, nourri de de la signification de la fête de Pâques, depuis le rap et la guitare jusqu’aux cerisiers en fleurs. Avec la poésie du grand écran, qui va au-delà de toute fiction.

ça peut vous interesser

L’Evénement : Seule contre tous

Rédaction

Les Magnétiques : La fête est finie, place à la nostalgie

Rédaction

Les Éternels : Une mythologie humaine

Rédaction