Archives Critiques

Cars 2 : La critique du film

Les héros motorisés de Pixar reviennent dans "Cars 2" squatter les salles de cinéma, pour le plus grand bonheur des grands et des petits. On aime leurs rondeurs métallisées et leur humour à toute épreuve. On aime aussi leur scénario impeccable et leur jolie mise en scène !

On n'avait jamais imaginé que des voitures pourraient nous émouvoir. Ni des fourmis. Encore moins des jouets. Et ne parlons même pas d'un petit rat qui se rêverait cuisinier. Et hop ! D'un revers de pinceau, d'une touche de clavier, Pixar balaye nos certitudes, une à une.

En 2006 donc on découvrait "Cars". L'histoire de la rencontre entre Flash McQueen, jeune coureur automobile, et les habitants de Radiator Springs, notamment Martin, la dépanneuse. Parce que oui, Martin, Doc et Flash sont des voitures. Qui parlent, rêvent, aiment. Si, si !

On découvrait que les voitures aussi pouvaient être solitaires, avoir des sentiments. Les petits adoraient, les grands applaudissaient. Il faut dire que le patron des studios, John Lasseter lui-même était aux commandes, un gage de qualité, en plus de celui délivré par le petit logo à la lampe.

Un succès tel que, dès les premières bobines révélées au monde, John Lasseter nous promettait une suite aux aventures de Flash et de sa bande. La voilà.Cette fois...

Les liens sont indéniablement tissés et les aventures n'en seront que plus fortes. Alors que Flash est parti pour concourir pour le Grand Prix Mondial, Martin l'accompagne. Le dépanneur gaffeur, un rien rouillé et particulièrement bon copain va se retrouver au cœur d'une histoire d'espionnage de haut vol.

Entre son envie d'aider Flash dans une course vraiment difficile et une mission top-secrète qui pourrait le rapprocher d'une très jolie espionne, Martin se retrouve écar-telé. Sans compter sur un complot international...

Re-bienvenue dans le monde magique de Pixar. Et avec quel bonheur. On ne redira pas ici la suprématie des Américains sur le monde de l'animation hollywoodien. C'est simple, à chaque nouvelle sortie, ils donnent des maux de tête à leurs concurrents, qui pourtant se démènent. (Et on mettra de côté ici le monde de l'animation japonaise, lui dominé par les studios Ghibli.)

On dira simplement ce que l'on pense de "Cars 2", nouveau petit bijou. D'abord on entre dans la salle prêt à passer un bon moment. Et on se fait cueillir. Pas par "Cars"... Par le traditionnel court métrage Pixar présenté avant : "Les Vacances hawaïennes de Ken et Barbie", héros de "Toy Story". Drôle. À se tenir les côtes. Et hop, nous voilà dans le bain. Parfaite entrée en matière, ce petit bijou nous plonge dans un monde de pure animation.

Efficace tout en restant discret. Les paysages remodelés pour un monde peuplé de véhicules de Cars nous attendent. Aventures et rires au programme, avec nettement plus de références que pour le premier volet d'ailleurs.

"Cars 2", c'est un épisode survolté, qui fait passer en plus un message écologique aux plus jeunes (un de ceux qui fâchent très fort les industries pétrolières, très remontées contre le film).

Techniquement c'est impeccable. Scénaristiquement travaillé. Et les voix françaises font un joli boulot, c'est assez rare pour être souligné. En clair ? Un nouveau plaisir de cinéma signé Pixar ! 

Auteure :Fadette Drouard

Tous nos contenus sur "Cars 2" Toutes les critiques de "Fadette Drouard"

ça peut vous interesser

Concours Bluray : Cendrillon de Kenneth Branagh

Rédaction

Le Roi Lion : Un sacrifice sur l’autel du réalisme

Rédaction

Le Roi Lion : Le cercle du vide

Rédaction