Critiques

C’est ça l’amour : La critique du film

Critique du film C'est ça l'amour

par Victor Van de Kadsye


A Forbach, Mario, agent de la fonction publique, ne parvient pas à gérer la fin de son couple et les conséquences auprès de ses deux filles.

Tel est le point de départ du nouveau film de Claire Burger (près de cinq ans après la découverte de "Party Girl"), mélodrame électrique, et pourtant modeste, mené par un Bouli Lanners étincelant. Alors, non, malgré son titre, il n'y a pas de réponse définitive à apporter à la définition de l'amour selon Claire Burger. Et c'est d'ailleurs cela qui lui permet d'être si riche.

A mi-chemin entre le mélodrame et le film social, "C'est ça l'amour" œuvre tel un film choral. Ce dernier déconstruit, avec fluidité, la cellule familiale en observant les tourments sentimentaux des membres la composant.

Il y a donc Mario, père de famille ayant du mal à surmonter sa rupture et ses nouveaux rapports avec les enfants. Enfants qui, eux, aussi apprennent à gérer leurs propres histoires entre déceptions amoureuses et découverte de la sexualité. Saluons d'ailleurs à ce sujet les performances remarquables de Justine Lacroix et Sarah Henochsberg.

Lorsque nous lui avions posé une question sur le point de départ de son film (à l'occasion de sa venue avec le comédien Bouli Lanners à Lille), elle nous avait répondu que cela venait d'un sentiment. Créer une histoire, que ce soit dans le cadre d'un court-métrage ou d'un long-métrage, doit tenir de quelque chose de personnelle et aller au-delà du concept.

Et, en effet, on ressent cela tout le long. L'amour peut être aussi vu par l'importance de Forbach pour la réalisatrice. N'ayant jamais arrêté de tourner là-bas, cette ville industrielle construit aussi le cœur du film puisque, non seulement nous rencontrerons la famille de Mario, mais aussi d'autres habitants de la ville au détour d'ateliers théâtraux somptueux.

Forbach s'inscrit comme une racine essentielle à la création des films de Burger, qui marque une volonté d'écrire de manière personnelle. Et c'est en cela que "C'est ça l'amour" ne laisse pas indifférent. Son envie d'explorer les cœurs de ses personnages le rend si vivant et attachant.

Ne passez pas à côté de cette histoire touchante !


ça peut vous interesser

Just a gigolo : Alex, le destin d’un raté

Rédaction

El Reino : Gangster Paradise Fiscaux

Rédaction

Tanguy, le retour : La critique du film

Rédaction