17 octobre 2019
Archives Critiques

Closer, entre adultes consentants

Mensonges, trahisons et amour si affinités.

Une vraie partie de plaisir, très serrée ! Et s'il peut voir ça, Laclos doit se délecter dans sa tombe. Car "Closer" présente certaines similitudes dans la malignité et la perversité jouissives avec "Les liaisons dangereuses".

Avec adresse et subtilité Mike Nichols nous emmène au cœur de ce trouble jeu où les 4 joueurs ont en main les mêmes cartes du mensonge subversif, de la manipulation amoureuse, de la séduction mensongère et du désir fluctuant, cartes qu'ils abaissent au gré de leurs envies ou pour contrer leurs adversaires dès qu'ils prennent un semblant d'ascendant sur eux. Et les dessous de table de ce jeu dangereux, dans lequel il vaut mieux ne pas baisser sa garde, recèlent une abominable cruauté sentimentale...

Certains objecteront que ce constat sur le couple n'a rien de franchement novateur, ce que je ne contredirai pas, et j'irai même jusqu'à leur concéder que, par les temps qui courent, nombre de réalisateurs ont une fâcheuse tendance à légitimer un certain quota d'infidélités au sein de toute relation et à véhiculer une conception du couple qu'ils érigent en norme : vie quotidienne dans un appartement immense, froid et aseptisé, amour versatile pris à la légère, absence de respect mutuel, tromperies comme monnaie courante...

J'en veux pour preuve le récent "L'un reste, l'autre part" de Claude Berri qui donne une image pitoyable du couple d'aujourd'hui. Et "Closer" vient quelque peu s'inscrire dans cette tendance à la mode qui consiste à faire passer une histoire, un cas particuliers pour une conception universelle.

A la différence près que l'approche très british, avec ses gloses décapantes et ses joutes verbales où l'humour n'est pas policé, fait qu'on boit le film comme du petit lait !...

Avec la maestria d'un chef d'orchestre, Mike Nichols explore les arcanes du désir et rend compte de son caractère alambiqué à travers une mise en scène dont la structure fragmentée chronologiquement déplace continuellement la séduction mensongère et la manipulation sentimentale entre passé, présent et futur et crée un fascinant va-et-vient en circuit fermé entre les 4 personnages.

Mais plus encore, le réalisateur joue sur une alternance élongation - compression du temps afin de se consacrer uniquement aux rencontres (début de toute relation) et aux ruptures (fin de toute histoire), comme s'il était vital pour ces 4 personnages de réussir leur "entrée en scène" et de tirer leur révérence en quittant la scène auréolés d'un triomphe, la substance même de la relation n'étant alors qu'accessoire.

Il y a Dan, l'écrivain raté aux sentiments lunatiques qui réclame la vérité sans même être capable de l'assumer ; Alice, l'ex strip-teaseuse qui, pour pouvoir s'assumer préfère ne pas s'embarrasser de la vérité ; Larry, le dermato qui assume sa personnalité d'obsédé aux instincts bassement primaires et à la sexualité bestiale, et Anna, la photographe réputée qui, comme un papillon hésitant, va là où son cœur la porte mais n'assume pas cette personnalité.

Et tous maquillent de bien des mots les vérités et mensonges de leur vie, n'hésitant pas à changer de partenaire dans cette valse du désir qui fluctue, et où l'amour ne semble plus avoir cours.

Mais le film n'atteindrait pas un tel degré dans la subversion et dans la manipulation sans son quatuor d'acteurs (Jude Law, Clive Owen, Julia Roberts et Natalie Portman) tous excellents même si à l'écran, le masculin l'emporte nettement sur le féminin (qui fonctionne à merveille dans ce jeu où la transgression est règle : tous prennent un malin plaisir à nous faire croire que tous ces mensonges partent d'un bon sentiment).

Le scénario est également soutenu par des dialogues ciselés sous forme d'un ping-pong verbal où le revers lifté des mots pousse l'adversaire à répondre du tac au tac. La sexualité y est abordée de manière si frontale et si crue que les mots résonnent comme une libération libidinale consommée et se passent d'images...

Donc si vous comptez aller voir le film, tout émoustillés par la traduction vendeuse et prometteuse du titre français « entre adultes consentants », vous resterez sur votre faim. "Closer" nous offre une vision aussi pernicieuse et pessimiste que bluffante du couple : le désir y est un miroir où scintillent vérités et mensonges, où les sentiments sont frelatés et où l'Amour ne sait plus où donner de la tête.

Auteure :Nathalie Debavelaere
Tous nos contenus sur "Closer, entre adultes consentants" Toutes les critiques de "Nathalie Debavelaere"

ça peut vous interesser

Gemini Man : Mr. & Mr. Smith

Rédaction

Un jour de pluie à New York : Celebrity chez les Millenials

Rédaction

Le nouveau film de Woody Allen !

Rédaction