Archives Critiques

Cloud Atlas : Rien d’impossible chez les Wachowski !

Quinze ans après le premier volet de la trilogie "Matrix", les Wachowski reviennent avec "Cloud Atlas" (distribué par Warner Bros. France), un film pas comme les autres. Duo définitivement à part dans le paysage cinématographique mondial, ils proposent une fois de plus un film qui ne peut pas passer inaperçu.

Quand on regarde les quelques chiffres qui accompagnent "Cloud Atlas", on comprend mieux l'ambition et l'audace que représente ce long métrage. Pas moins de 200 millions de dollars ont en effet été investis dans la production, la promotion et la distribution du film. Il s'agit du film indépendant le plus cher de l'histoire du cinéma. Un projet réalisé à six mains pour quatre ans de travail. Adaptation de la Cartographie des nuages, best-seller du Britannique David Mitchell (sorti en français en 2007), il aura fallu quand même trois réalisateurs pour retranscrire en images une œuvre jusque-là jugée inadaptable car trop complexe. Pas pour Andy et Lana Wachowski (ex Larry) accompagné pour l'occasion de Tom Tykwer, le cinéaste du "Parfum".

A n'en pas douter, "Cloud Atlas" est un objet cinématographique particulier. Un labyrinthe scénaristique racontant simultanément six récits avec des comédiens interprétant environ cinq personnages. Ajouter à cela que chaque segment du film se déroule à une époque différente entre 1849 et 2346, il y a de quoi s'y perdre au premier abord. Quand on connait la liberté artistique des Wachowski (souvenez-vous de l'ovni "Speed Racer"), tous les éléments semblent promettre un film hors du commun, audacieux et révolutionnaire pour les uns, prétentieux et ennuyeux pour les autres. Certains chercheront et trouveront peut-être un sens aux nombreux propos du film (la fameuse deuxième ou troisième lecture) alors que d'autres n'y verront qu'une façade sans intérêt.

Une chose est sûre. A chercher à trouver un sens à l'enchainement des segments et à la « Time line » du récit global, on risque de passer à coter de son plaisir. Celui d'un cinéma déroutant. Car il faut reconnaitre que "Cloud Atlas" propose une expérience presque inédite. Celle de voir plusieurs films en un seul. C'est ce qu'on appelle « une bonne affaire » puisque l'on peut avoir pour le prix d'une place », un film offrant à la fois du suspense, du comique, de la science-fiction et du mélodrame, avec différentes histoires qui tournent toujours autour d'un fil rouge. Le film procure alors de multiples émotions et réactions allant de la surprise au rire. Le casting étoilé qui véhicule tout cela n'en est évidemment pas totalement étranger. De Tom Hanks à Halle Berry en passant par Jim Sturgess, tous ont joué le jeu du « morphing » tout en gardant leur justesse. Mention spéciale à Jim Broadbent qui apporte, en prisonnier d'une maison de repos, un regard comique inattendu.

Avec ses 2h40 annoncées, "Cloud Atlas" a tout, en apparence, du film trop complexe pour plaire. Pourtant, au-delà de toute réflexion subliminale volontairement exclue de ces lignes, "Cloud Atlas" offre aussi un moment de cinéma surprenant qui prouve finalement qu'en cinéma plus qu'ailleurs, là où les rêves et la magie sont rois et reine du royaume des cieux, rien n'est impossible.

Auteur :François BourTous nos contenus sur "Cloud Atlas " Toutes les critiques de "François Bour"

ça peut vous interesser

Star : L’univers pour adultes de Disney +

Rédaction

Wonder Woman 1984 : Amazone ne livre plus

Rédaction

Wonder Woman 1984 : Une année à oublier

Rédaction