8 décembre 2019
Archives Critiques

Collateral : Du très grand cinéma !

Une densité dans le scénario, une puissance atomique dans l'action, une sensibilité dans l'approche des personnages, des couleurs, des tons, une musique et un son impeccables tout au long du film : voilà ce qui caractérise et sert de fondement à l'œuvre de Michael Mann avec "Collateral" !

On se souvient du bleu mat de "Heat" et "Révélations". On se souviendra du costume et des cheveux gris du tueur à gages Vincent, alias Tom Cruise. Tout comme les couleurs et les tons de cette nuit, qui rappellent étrangement celle de "La 25ème heure", version Los Angeles.

Il faut dire que Michael Mann et Spike Lee partagent bien des points communs, notamment cette fascination pour la ville, ce goût pour l'introspection, cette maîtrise sans égale de la musique, sans oublier cette volonté de mêler sobriété et puissance, calme et nervosité. La musique, habile mélange de percussions, de rock et de jazz, est signée par James Newton Howard, pour une composition de toute beauté, toute en puissance.

Et si la bande musicale de "Collateral" est très soignée, la bande sonore l'est encore plus : Mann est le prince du bal… des balles. Avec lui, on croit assister en direct à une danse des balles explosive. Mais ce qu'il maîtrise le mieux, au-delà des scènes dites d'action, ce sont celles de confrontation, où naissent peu à peu des rapports intimes et profondément psychologiques entre tous les personnages.

Vincent, le tueur implacable, et Max, le chauffeur humaniste et utopiste, apprennent à se connaître, se testent, se défient, voire se respectent. De toute évidence, cette cohabitation d'une seule nuit est d'une rare intensité. Car Michael Mann sait tirer le meilleur de ses acteurs. Et si l'on est désormais habitués aux performances de Tom Cruise (qui habite littéralement ses rôles), la bonne surprise vient de Jamie Foxx dans un rôle de chauffeur de taxi inoubliable.

Clairement, ce duo forcé restera dans les mémoires. Sans oublier les talentueux Javier Bardem et Mark Ruffalo, ni la charmante Jada Pinkett Smith, qui trouve une place de choix dans l'intrigue. Mann opère dans le charme, le trouble et ne la confine pas dans le rôle de la femme dont on tombe amoureux.

Encore un atout pour "Collateral"… Michael Mann, chef d'orchestre de cette fantastique symphonie, c'est enfin une réalisation et un scénario sans faille où tout s'enchaîne… comme nous ne l'avions pas prévu. Les personnages, ancrés solidement dans la tête du spectateur, sont mis dans des situations extraordinaires, extrêmement stressantes.

A signaler que les quelques traits d'humour sont d'autant plus réussis qu'il détendent sans relâcher la tension pour autant, car le spectateur repart immédiatement pour une autre séance de stress totalement grisante !

Quand en plus, le mélange de la caméra numérique et du 35mm ne fait pas de dommages dans "Collateral"…

Auteur :Alessandro Di Giuseppe
Tous nos contenus sur "Collateral " Toutes les critiques de "Alessandro Di Giuseppe"

ça peut vous interesser

David Gerber : La qualité américaine

Christophe Dordain

Maverick est de retour !

Rédaction

Starsky & Hutch : Le guide des épisodes

Rédaction