20 octobre 2020
Archives Critiques

Collision : C’est beau une ville la nuit

Deux voleurs de voitures. Un serrurier mexicain. Deux inspecteurs de police amants à leurs heures perdues. Une femme au foyer et son mari procureur. Un policier forcé de patrouiller avec un supérieur antipathique. Cela pourrait être un inventaire à la Prévert. Simple succession de figures. Mais, le film "Crash", titre original, n'a pas été rebaptisé "Collision" pour rien. Tous ces personnages vont se croiser dans la seule ville de Los Angeles. On songe alors aux films du réalisateur mexicain Inarritu ("21 grammes" et "Amours Chiennes") et à celui d'Anderson, "Magnolia". Le tout est réalisé par Paul Haggis, créateur de la série "Walker Texas Rangers", mais surtout scénariste de "Million Dollar Baby" et "Mémoires de nos pères", respectivement dernière et prochaine réalisation de Clint Eastwood.

Selon toute logique donc, "Collision" devrait d'abord être un scénario plus qu'un film. Et pourtant. Ce que l'on retient, c'est incontestablement la qualité plastique du film. Ici, Paul Haggis filme Los Angeles, offre au spectateur une ballade atmosphérique tout en douceur et  soudaines accélérations. La musique soutient la moindre tension. Sans en faire trop, sans verser dans l'héroïsme aveugle ou dans le mélodrame larmoyant (si ce n'est dans les dernières minutes mais chut !), Paul Haggis emporte le spectateur. Toute l'essence de cette ville se retrouve dans le propos de Collision. Los Angeles, Paul Haggis s'en sert pour évoquer les problèmes de racisme envers les latinos, les noirs, les arabes, etc. Et l'on sait que le racisme est un sujet difficile à aborder au cinéma. Surtout parce que le simple film mièvre n'est jamais loin.

Même si le trait est parfois grossier, Paul Haggis pointe justement du doigt les défaillances du modèle d'intégration américain que l'on disait pourtant bien rodé. Le melting pot, littéralement pot-pourri, sur le papier accepte tous les hommes. En réalité, il n'efface pas totalement les ressentiments de chacun. Haggis n'évite pas les caricatures : le méchant flic blanc joué par Matt Dillon et le gentil policier naïf, Ryan Phillippe, font équipe ; l'avocat général, Brendan Fraser et sa femme, Sandra Bullock sont de parfaits bourgeois méprisant les émigrés, etc. Mais, par la mise en scène, il multiplie les confrontations, les situations et parvient à dessiner un tableau complet et nuancé. D'autant que toutes les figures sont campées par des acteurs de renom. En passant, mention spéciale à Don Cheadle qui, après un numéro éblouissant dans "Hôtel Rwanda", réalise une nouvelle performance d'acteur.

Bref, "Collision" a tout pour être un très bon film. Il faudra tout de même faire abstraction de quelques faiblesses. Et par exemple ne pas se demander ce qui rassemble tous ces personnages, ni s'interroger sur leurs liens. En fin de parcours, Haggis tente bien d'injecter une dose de scénario. Mais tout cela semble artificiel. Et la question du racisme ne parvient pas à lier les différents destins des personnages. "Collision" reste un film honorable grâce à ses moments de franche tension et à ses plans lents et épurés. On ne peut s'empêcher de penser à "Collateral" de Michael Mann. Parce que les deux réalisations étalent des plans superbes de la ville des Anges. Alors "Collision" ou "Collateral" ? La réponse est évidente. Même si le comparatif vaut le mérite d'être fait.

Auteur :Matthieu Deprieck
Tous nos contenus sur "Collision" Toutes les critiques de "Matthieu Deprieck"

ça peut vous interesser

Outsiders : Le film méconnu de Francis Ford Coppola

Rédaction

Blackbird : Poignant

Rédaction

Prête à tout avec Nicole Kidman

Rédaction