23 octobre 2021
Critiques

Creed – L’Héritage de Rocky Balboa : Vainqueur !

On pensait que Rocky avait raccroché ses gants il y a dix ans, avec la sortie du sixième volet de la saga, et voilà qu'il revient pour un nouveau combat dans l'ombre d'Adonis Creed, le véritable héros du film. Alors, reboot ou remake ? En tout cas, on peut difficilement parler de suite malgré des similitudes avec le premier film sorti en 1977.

Sur le plan thématique, on retrouve les thèmes de l'initiation et du déterminisme : la conquête de soi à-travers le ring, le vieux maître sourcilleux, la rencontre amoureuse, le challenge avec un champion confirmé... Faisant écho au cinquième volet, Rocky Balboa reprend la place d'entraîneur, à la différence que le poulain n'est pas tout à fait issu des bas-fonds mais tient plus du fils prodigue, mais plus que dans le récit d'une destinée, on est dans un parcours de rencontres où chaque protagoniste mène un combat pour affirmer sa place dans le monde ou simplement s'épanouir. Chacun suit sa route, mais les autres sont autant d'appuis ou d'obstacles à son propre cheminement selon leur attitude et certaines rencontres se définissent parfois comme une épreuve.

Sur le plan photographique, l'idée du passage est supportée par la répétition de plans sur les portes : celles qui s'ouvrent, se ferment, séparent les personnages ou les isolent du monde. Comme le dit Temple Grandin "Une porte se ferme, une porte s'ouvre", qu'elle soit symbolique ou physique. Les séquences de combat, car il s'agit tout de même d'un film sur un boxeur, surprendront par le choix de plans serrés qui laissent de côté l'aspect chorégraphique, comme on avait pu le voir dans les Rocky, pour se concentrer en plans moyens ou serrés sur les attitudes et la psychologie des combattants. Cette valeur de plan a également pour effet d'emmener le spectateur sur le ring. Le premier combat au sens sportif du terme coupe le souffle dans un plan séquence qui s'étale sur deux rounds. On sent presque les impacts des poings, les os craquent, la douleur et la sueur sont palpables, le choix d'un authentique boxeur dans le rôle de Ricky Conlan, ajoutant au réalisme.

Il serait en effet impardonnable de ne pas mentionner la performance collégiale de ce film où se rencontrent des légendes du cinéma (Sylvester Stallone, Graham McTavish, Phylicia Rashad) avec de nouveaux acteurs et des interprètes sans passé artistique connu. On pourrait s'attendre au pire et on assiste à une explosion d'émotions qui oscillent entre la colère, la douleur, la rage, le désespoir autant que la joie, la passion, la force. On sent également que Sylvester Stallone, bien qu'en retrait sur la production de ce dernier film (dernier en date, bien entendu), a investi des éléments de sa propre vie qu'on distingue par exemple au détour de photos cachées dans le décor. Lorsque Rocky Balboa parle de son fils, c'est une photo du fils de Stallone, Sage, qui est montrée et on comprend autrement la manière dont il évoque son départ à Vancouver.

Mentionnons également la musique de Ludwig Göransson, qui signe sa deuxième collaboration avec Ryan Coogler, et qui a fait le choix pertinent de ne pas tomber dans le cliché de reprendre le thème des Rocky. Nouveau héros, nouvelle musique, à la fois symphonique et électronique qui accompagne à merveille chaque séquence où elle se révèle.
 
"Creed" fait donc honneur à la saga à laquelle il se réfère. Saura-t-il motiver le même enthousiasme que son prédécesseur ? Seul l'avenir nous le dira. On passera en tout cas un bon moment de cinéma en allant le voir, qu'on ait vu ou non les six Rocky qui ont étoffé quarante années de production cinématographique. Si on a eu cette occasion, on acceptera d'écouter le dialogue qu'engage ce dernier film avec les précédents plutôt que de les comparer. Il serait aussi intéressant de se demander si le cinéma américain est en mal de renouvellement ou cherche à transmettre son patrimoine aux prochaines générations, tant il est plus qu'aucun autre un art de l'éphémère et de l'instantané.
Auteur :David Mauqui
Tous nos contenus sur "Creed - L'Héritage de Rocky Balboa" Toutes les critiques de "David Mauqui"

ça peut vous interesser

La Quatrième Dimension : Les héros sont endormis

Rédaction

L’Exorciste : Le démon à ma porte

Rédaction

Dune : Une épopée mystique

Rédaction