23 janvier 2021
Critiques

Dark Places : La critique du film

Critique du film Dark Places

par Chris Carlin

Il est des souvenirs qui nous hantent parfois durant de nombreuses années, des moments de notre vie qu'on refoule consciemment ou non pour sauvegarder notre raison. Le fait est que ces événements refont parfois surface, et on peut soit s'en détourner soit les affronter comme Libby Day, l'héroïne du dernier long-métrage de Gilles Paquet-Brenner : "Dark Places".

Une nuit de l'année 1985, la famille de Libby est victime d'une macabre machination, dont son frère Ben et elle seront les seuls survivants. Le frère est accusé du crime, la fillette est seule au monde et grandit en essayant d'oublier, jusqu'au jour où en manque d'argent, elle accepte d'être l'objet de fascination d'un club d'enquêteurs obsédés par son histoire.

Voilà une intrigue prometteuse et profondément américaine dans son essence. L'occasion d'un retour dans une Amérique rurale des années 80 où chacun est suspect jusqu'à preuve du contraire et où en tant que spectateur on n'attend qu'une chose: un twist final qui nous éblouira en révélant la clé du mystère. Verdict ?

Un des défauts majeurs de "Dark Places" est sa structure alternant constamment flashbacks et présent, cela ayant pour résultat de parfois brouiller la clarté du récit, bien que ce rythme binaire corresponde aux nécessités du scénario ce va et vient peut s'avérer lassant dans les dernières minutes.

En revanche pour ce qui est de la performance de Charlize Theron en femme désabusée dont la vie fût volée, le mot satisfaction serait un euphémisme. Elle transmet sans problème au spectateur la force de son personnage qui a arrêté de ressentir autre chose que de la colère depuis son traumatisme, et sa fragilité lorsqu'elle rencontre son frère et confronte ses souvenirs au réel.

On notera également la présence d'une Chloë Grace Moretz qui au fil des rôles de plus en plus adultes et sulfureux qu'on lui confie prouve sa valeur en tant qu'actrice.

A la vue de l'ensemble, si ce n'est des défauts d'ordre très secondaires tels que certains flashbacks montrés avec une image saturée et pleine de grain pour paraître plus énigmatique ou la structure évoquée plus haut, le film est une réussite.

Une réussite qui tient à l'intrigue complexe, qui pousse le spectateur dans ses retranchements en terme de réflexion, le garde toujours en haleine mais dont l'enchevêtrement des situations empêche toute divination quant au nom du coupable.

Enfin, ce qui captive avant tout l'esprit, c'est une aura que l'oeuvre développe par ses choix artistiques et thématiques (la famille, le traumatisme et l'argent) mais bien aussi par la reconstitution de la mentalité d'une époque qui est sans nulle doute la raison d'être de l'investigation menée par le personnage principal et ses acolytes.

Un contexte de petite ville propice aux mensonges et à la manipulation où la rumeur prime sur les preuves et où tout peut basculer sur un malentendu; et comme chacun le sait, pour un excellent thriller, il n'est point de meilleur terreau.

Auteur :Chris Carlin
Tous nos contenus sur "Dark Places" Toutes les critiques de "Chris Carlin"

ça peut vous interesser

Le Jeu de la Dame : Retour sur le casting

Rédaction

The Old Guard: Certainement pas l’avant-garde

Rédaction

The Banker : Le classicisme chez Apple

Rédaction