29 novembre 2020
Archives Critiques

Demonlover : Trop confus

Olivier Assayas, étoile prometteuse d'un cinéma français à la recherche de grands réalisateurs de frotte dans "Demonlover" (distribué par SND) à la culture moderne de l'internet à travers un thriller aux influences et aux styles mélangés.

La jeune Diane de Monx vient de s'introduire dans une dynamique entreprise de la net-économie qui rêve de s'emparer de sites internet aux revenus importants. A mesure que progresse l'intrigue, Diane se révèle être une taupe envoyée par une firme concurrente dans l'entreprise française pour saborder les opérations de rachat.

Olivier Assayas, avec cette plongée dans les milieux de la haute finance, de l'internet et du sexe à vendre se perd très vite tant au niveau du style qu'à celui de son intrigue. Multipliant les effets changeants, il dresse avec "Demonlover" une mosaïque de scènes complexe et confuse, labyrinthe visuel dont les règles changent en fonction des ambiances : choix délibéré ou hésitation volontaire ? A chacun de se faire un avis mais en jouant à vouloir être un Lynch français, Assayas sombre vite dans l'anecdotique, le prévisible et la perte de sens.

L'errance de Connie Nielsen (très bien filmée par un cinéaste visiblement fasciné par l'actrice) tourne vite à l'ennuyeux et c'est avec un regard de plus en plus détaché que l'on suit sa descente aux enfers jusqu'à un final très douteux. Dommage pour Assayas qui en évitant de se disperser aurait pu signer avec "Demonlover" un film mieux cadré et donc mieux réussi.

Auteur :Guillaume Branquart
Tous nos contenus sur "Demonlover" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Nicolas Vanier : La rencontre

Rédaction

Poly : Une belle aventure

Rédaction

Poly : Pour enfants, petits et grands

Rédaction