17 septembre 2019
Critiques

Deux moi : Mieux qu’une séance chez un psy

Critique du film Deux moi

par Jérémy Joly


Le réalisateur Cédric Klapisch (connu pour des films tels que "Le Péril jeune", "Paris" ou encore "L'Auberge espagnole") est de retour avec son treizième long-métrage, deux ans après "Ce qui nous lie", avec la présence à nouveau de François Civil et Ana Girardot.

"Deux moi" nous plonge dans le Paris actuel, superbement filmé. Dans ce Paris, les rencontres ne se font plus et l'on ne sort de son petit appartement que pour se rendre à son travail. Le spectateur va suivre en parallèle le quotidien ordinaire de Rémy et de Mélanie. Rémy, interprété par François Civil, voit son poste remplacé par un robot. Après un entretien étrange, il se retrouve assistant téléphonique. Sa voisine, Mélanie, interprétée par Ana Girardot, est chercheuse médicale. Ils sont tous les deux plongés dans la solitude. Leurs chemins se frôlent mais ne se croisent pas. Ils sont dans une période de dépression et vont voir un psychothérapeute pour trouver qui ils sont.

"Deux moi" est très riche en thèmes, mais n'est pas pour autant brouillon. On y trouve par exemple les réseaux sociaux et les applications de rencontre. Les deux personnages principaux vont s'y inscrire pour lutter contre l'isolement social avant de se rendre compte que ce n'est pas forcément la meilleure solution.

On y aborde également la psychothérapie, où il y a eu un gros travail de documentation pour rendre ce sujet le plus réaliste possible et le résultat est réussi. Il y a aussi l'évolution du monde du travail, avec la robotisation et les métiers dans lesquels on se retrouve alors que cela ne nous correspond pas. L'histoire peut se montrer assez dure par son sujet mais est parsemée de moments plus légers et drôles comme par exemple le rêve de Rémy qui se retrouve envahi par des robots à son travail.

Ana Girardot et François Civil interprètent formidablement ces deux personnages principaux. Ils sont accompagnés par une belle distribution : Camille Cottin et François Berléand en psychothérapeutes, Simon Abkarian en épicier très amusant qui n'hésite pas à s’immiscer dans la vie de ses clients, Pierre Niney en ancien ami du lycée qui se souvient des moindres détails de sa vie et Renée Le Calm (dont c'est le dernier en rôle) en vieille dame qui n'a pas reçu sa commande.

Ce qu'il y a aussi d'intéressant dans les films de Cédric Klapisch, ce sont les génériques de début originaux, mis en valeur par la musique de Loïk Dury et Christophe Minck. Cette collaboration réalisateur/compositeur fonctionne véritablement.

"Deux moi" s'appuie sur un rythme assez lent et le seul réel suspense est de savoir si ces deux personnages principaux vont enfin finir par se rencontrer. Mais il n'y a finalement aucun moment d'ennui, on se laisse facilement embarquer par l'histoire. Le réalisateur dresse le portrait de ces deux jeunes sans pour autant tomber dans la généralité et les stéréotypes. Et bien que le film présente un regard critique assez négatif de la société d'aujourd'hui, il offre également une petite dose d'espoir.

ça peut vous interesser

Mon Chien Stupide : En présence d’Yvan Attal !

Rédaction

3 jours et une vie : Le cinéma de genre français n’est pas mort !

Rédaction

Interview de Nicolas Boukhrief et Pierre Lemaitre

Rédaction