13 novembre 2019
Critiques

Donne-moi des ailes : Venez voler avec les oies !

La critique du film Donne-moi des ailes

Par Jérémy Joly


Nicolas Vanier est un amoureux de la nature et des animaux et il sait les mettre en images comme le démontre brillamment "Donne-moi des ailes". On lui doit des films comme "Le Dernier Trappeur", "Loup", "Belle et Sébastien" ou dernièrement "L'École buissonnière". Cette nouvelle aventure qu'est "Donne-moi des ailes" s'inspire d'une histoire vécue, celle de Christian Moullec, l'homme qui a volé avec des oies.

Thomas, un jeune adolescent admirablement joué par Louis Vazquez est contraint de passer les vacances chez son père. Cet accro aux jeux vidéos se retrouve en Camargue, plongé en pleine nature, sans wi-fi et avec un réseau téléphonique rare. Pour lui, c'est un véritable cauchemar. Mais petit à petit, il va se rapprocher de son père, qui est obstiné par un projet qui lui prend tout son temps : sauver une espèce d'oies sauvages en voie de disparition à l'aide d'un ULM.

Christian, le père, est interprété de façon sublime par Jean-Paul Rouve, capable de nous transmettre de nombreuses émotions. Ce rôle est à la hauteur de son talent, on est loin de l'excentrique Jeff Tuche. Son personnage est d'abord perçu comme un passionné farfelu. Son projet est vite freiné : il doit avoir l'accord du Museum d'Histoire Naturelle, que le directeur joué par Philippe Magnan, détestable à souhait, lui refuse car il ne croit pas au projet.

Heureusement, Christian est malin et va vite trouver un subterfuge. Avec l'aide de son ami ornithologue, interprété par le merveilleux Frédéric Saurel qui rend le personnage si attachant, l'aventure peut démarrer. Mais Christian va vite se retrouver avec d'autres ennuis. Une fois en Norvège, il lui faudra d'autres autorisations qui tardent à arriver. Thomas va défier la loi en partant avec l'ULM et les oies, pour un voyage aussi incroyable que périlleux.

photo-film-donne-moi-des-ailes
Jean-Paul Rouve et Louis Vasquez

"Donne-moi des ailes" critique d'une part le pouvoir politique, le fait de devoir sans cesse avoir des autorisations qui empêchent d'agir et retardent les bonnes actions, et d'autre part, les médias qui, au début, ne s'intéressent pas à cette histoire car ce n'est pas vendeur. Mais ceux-ci finissent par s'y intéresser lorsque cette aventure commence à faire du bruit. Une fois l'histoire devenue médiatisée, les hommes politiques ne cherchent plus à les arrêter, ils ferment les yeux, d'autant plus qu'ils sont préoccupés par d'autres affaires, selon eux, plus importantes que l'écologie.

Nicolas Vanier est doué pour mettre en valeur la nature. On se régale à voir tant de beauté. Les scènes d'ULM sont impressionnantes, on prend un bol d'air pur en compagnie des oies. Il n'y a pas besoin d'être en projection 4DX (une technologie qui permet de vivre une expérience immersive du film) pour avoir l'impression d'y être. Cela a dû demander une technique et une préparation très lourdes. "Donne-moi des ailes" rappelle forcément "Le Peuple Migrateur", mais on sent que depuis, la technique dans le cinéma a évolué et permet une meilleure immersion.

"Donne-moi des ailes" est un film engagé rappelle que ces dernières décennies, 1/3 des espèces d'oiseaux ont disparu du ciel européen. A l'heure où le climat est dans un état alarmant, il est nécessaire, voire indispensable que le cinéma, en plus de sa mission de divertir, nous sensibilise et nous fasse réfléchir sur des sujets aussi importants.

Tous nos contenus sur "Donnez-moi des ailes" Toutes les critiques de "Jérémy Joly"

ça peut vous interesser

Midway : Touché coulé

Rédaction

Doctor Sleep : Mike Flanagan a osé

Rédaction

Docteur ? : Noël pas si joyeux…

Rédaction