20 juillet 2019
Critiques

Doubles vies : Le charme bavard de la bourgeoisie

La critique du film Doubles Vies

Par Auxence Magerand

On parle, on mange, on boit, on fume, on trompe... À première vue, "Doubles Vies" vire généreusement et aveuglément dans l'écueil du film d'intellectuels woodyallenien. Guillaume Canet y interprète un directeur de maison d'édition séduit par l'essor de la littérature digitale (le film devait s'intituler « E-Book » à l'origine) et marié à Juliette Binoche, actrice télé à succès. Cette dernière a une liaison avec Vincent Macaigne, auteur d'autofictions désabusé officiellement en couple avec Nora Hamzawi, attachée politique et castratrice. Tout ce beau monde se réunit fréquemment chez l'un ou l'autre – à Paris, vous l'aurez deviné – pour longuement discourir sur des sujets de société autour de verres de vin.

guillaume-canet-double-vie
Guillaume Canet et Vincent Macaigne dans Doubles Vies


Certains pourront justifier ces poncifs vaudevillesques comme largement volontaires, le cinéaste Olivier Assayas tentant de verser avec "Doubles Vies" dans la satire des milieux bourgeois parisiens. Effectivement, on y trouve un humour épars qui décoche parfois un sourire, moquant les éléments de langage propres au milieu (« Je l'ai trouvé down... Pas up quoi ») et la mauvaise foi des protagonistes. Cependant le cynisme s'avère léger, et Assayas semble plutôt fasciné et complaisant devant cet entre-soi, que critique sur l'intelligentsia parisienne et ses problèmes de riches.

Le réalisateur file sa thématique favorite des mutations numériques, mais échoue à l'aborder avec efficacité. En effet, certaines discussions d'un dialectisme pesant – mais pourtant intéressantes – rappellent un rapport ministériel sur le livre numérique, tout juste tronçonné en dialogues. Les trop nombreuses conversations trahissent par ailleurs le rythme du film, qui devient quelquefois un enchaînement verbeux indigeste.

juliette-binoche-double-vie
Juliette Binoche dans Doubles Vies


Bien trop bavard pour qu'on y adhère totalement, "Doubles Vies" de Olivier Assayas donne lieu à une comédie quelque peu boursouflée, qui a toutefois le mérite de soulever des réflexions sur le digital et de révéler Nora Hamzawi au cinéma.

Cette critique était intéressante ? Voilà qui devrait également retenir votre attention. Le film "Doubles Vies" était au sommaire de l'émission proposée par Les Aventuriers des Salles Obscures, le 19 janvier. En voici le replay :


Tous nos contenus sur "Doubles vies"
Toutes les critiques de "Auxence Magerand"

ça peut vous interesser

Portrait de la jeune fille en feu : Flamme éternelle

Rédaction

Once Upon a Time in Hollywood : Western Coquillettes

Rédaction

Carnets de Cannes n°6 : Travailleuses du sexe

Rédaction