23 octobre 2019
Critiques

Downton Abbey : La critique du film

Critique du film Downton Abbey

par Constance de Beauvais

Les fidèles attendaient l’événement comme la promesse de goûter le tout dernier chocolat d’une boîte savoureuse. Et le spectacle est au rendez-vous. Superbes plans sur le château des Crawley, casting au grand complet, générique signature, les habitués retrouvent vite leurs marques. L’intrigue ne trahit pas l’univers de la série. Elle a un fil directeur simple : la visite du roi et de la reine dans la demeure de Downton Abbey.

Les fans goûteront certaines bonnes surprises comme le retour du majordome Carson, retraité, au château pour l’occasion. Tous apprécieront les saillies de la comtesse douairière Violet. Dame Maggie Smith peut décidément, si tel est son désir, prendre une retraite méritée, tant les remarques pince-sans-rire de son personnage font le sel de ce film.

critique-film-downtown-abbey
Maggie Smith

L’aristocratique morgue des propriétaires s’épanouit dans ce royal contexte. « Le temps clément prouve définitivement que Dieu est monarchiste » s’exclame Lady Mary dans la cour du château, alors que la journée de réjouissances s’ouvre sur un ciel bleu. Les tableaux réunissant l’ensemble des personnages montrent à quel point le lieu peut être pompeux. Repas, bals, défilé dans le village, rien n’est négligé pour émerveiller le spectateur.

On regrette, éventuellement, que le déploiement des fastes de la demeure se fasse aux dépends de la psychologie des personnages. Les portraits des personnages féminins en particulier – la timide et longtemps malchanceuse Lady Edith, la domestique Mrs Bates (dont l’interprète avait été primée), et surtout l’altière Lady Mary à la vie sentimentale tumultueuse - étaient appréciés par les fans de la série.

critique-film-downtown-abbey-2
Matthew Goode

Autre petite déception : les intrigues entre propriétaires et visiteurs prennent complètement le pas sur celles entre domestiques, qui manquent d’originalité. Pourtant, le fait que la série consacre autant de temps à la vie de château qu’à ce qui se passe dans les cuisines en faisait la modernité. On peut regretter enfin que le film n’ait pas plus de liens avec la grande Histoire, alors que la série s’ouvrait sur le naufrage du Titanic et que le château avait abrité des blessés pendant la guerre. Cependant, la promesse de donner une fin de qualité à la saga tant aimée est complètement remplie.

On aurait aimé souffler au réalisateur que le plaisir aurait été encore plus complet si ce film très classique était sorti pour les fêtes, parce qu’il peut réjouir des spectateurs de générations variées et qu’il est décidément agréable aux yeux. Alors, pour ceux qui recherchent cela, il aurait été aussi appréciable qu’une tasse de thé Earl Grey frémissant par une froide matinée d’hiver.

Tous nos contenus sur "Downton Abbey" Toutes les critiques de "Constance de Beauvais"

ça peut vous interesser

Je promets d’être sage : La critique

Rédaction

Toute Première Fois : Maladroit mais sympathique

Rédaction

Dowton Abbey

Rédacteur