Critiques

Elle l’adore : Pour Sandrine

« Elle l'aime, elle l'adore… » Les paroles de la chanson à succès de Michel Berger prennent tout son sens dans le film de Jeanne Herry. Le titre y fait, d'ailleurs, largement référence.

L'histoire de "Elle l'adore" (distribué par StudioCanal) nous plonge dans la vie de Muriel, vie simple et sans histoire. Sauf celle qu'elle aime raconter, Muriel réinvente sa vie, un peu menteuse, elle rend extraordinaire les petits détails de son quotidien. Esthéticienne, la passion de Muriel est Vincent Lacroix. Un chanteur qu'elle suit depuis plus de vingt ans, loin d'être un groupie comme les autres, elle est digne et forte. Un soir, Vincent Lacroix sonne à sa porte. C'est sans poser une seule question à son idole qu'elle entre alors dans une histoire qu'elle n'aurait jamais pu imaginer…

Avec de nombreuses touches d'humour, "Elle l'adore" n'est pourtant pas une comédie même si le film peut sembler vendu comme tel. Plus proche du triller, du drame, sans pathos, le spectateur suit l'évolution psychologique des personnages. Ces derniers sont sublimés par la performance des acteurs. Sandrine Kiberlain est incroyable ! Elle permet à Muriel de rester digne, intelligente, forte tout en incorporant dans son jeu la folie douce du fan numéro 1. C'est sans nul doute sur elle que repose le film. Quant à Laurent Lafitte, lui aussi est plein de justesse. Il donne au personnage une dimension dramatique et pathétique lors de la descente aux enfers de ce chanteur. A côté de ses têtes d'affiches, chaque personnage secondaires est à sa place, de Pascal Demolon à Olivia Côte, ils jouent parfaitement leur partition.

S'il faut trouver un point un peu négatif au film, c'est le montage qui serait mis en cause. En effet, le film manque de rythme. Les situations, un peu absurdes et surprenantes, mettent du temps à se concrétiser, certaines longueurs s'installent. Toutefois, l'accumulation de coïncidences, de petits mensonges, d'incroyable chance font oublier, à la sortie du film, ses petits moments d'ennuis.

Pour conclure, Jeanne Herry signe son premier long-métrage de bien belle façon, porté par une Sandrine Kiberlain au sommet de son art. D'éclat de rire en stupéfaction, la justesse des acteurs permet au film de s'épancher sur la mentalité des personnages, leurs folies, leurs cheminements intellectuels. C'est finalement grâce à cela que le film est réussi. 

Auteure :Anouck Samyn
Tous nos contenus sur "Elle l'adore" Toutes les critiques de "Anouck Samyn"

ça peut vous interesser

Chacun chez soi : Du réchauffé

Rédaction

30 jours max : Une comédie burlesque

Rédaction

Engrenages Saison 8 : Jeu DVD

Rédaction