12 décembre 2019
Archives Critiques

Embrassez qui vous voudrez : Efficace catharsis !

La comédie est le sujet de prédilection de Michel Blanc. Cela lui a permis, jusqu'à présent, d'aborder des sujets plus ou moins graves, notamment dans son avant-dernier film "Mauvaise passe". Ici, avec "Embrassez qui vous voudrez", c'est la comédie de mœurs qu'il nous sert, largement assaisonnée à la sauce vaudeville. Pari réussi et même largement, car, non seulement chargé de la réalisation, Michel Blanc en a aussi écrit les dialogues et le scénario.

La comédie demande un rythme soutenu : avec "Embrassez qui vous voudrez" vos zygomatiques n'auront pas le temps de se refroidir grâce à la drôlerie des dialogues et du comique de situation. Le film, tiré d'un roman anglais, aurait bien pu être produit et réalisé par l'équipe des "Quatre mariages et un enterrement" et consorts. L'expérience théâtrale, en tant que comédien et metteur en scène, de Michel Blanc est ici indispensable. Tel un énorme capharnaüm, les destins des personnages vont s'entremêler, se croiser et fusionner ?

Il est bien évident que ce type de sujet ne prête pas à une réalisation recherchée et élaborée. Néanmoins, il faut saluer le montage du film qui reflète l'état d'esprit des personnages et des atmosphères décrites. Des dialogues percutants, qui font mouche à chaque phrase, ne seraient rien sans des interprètes de haut niveau. Entre un Jacques Dutronc qui tente de nouvelles expériences à l'automne de sa vie, sa fille (Lou Doillon), une garce finie, un mari jaloux maladif (Michel Blanc) de tous les hommes qui osent parler à sa magnifique compagne (Carole Bouquet), un autre (Denis Podalydes) qui cache tout de la situation financière dans laquelle ils vivent à sa femme (Karin Viard). Bref, la brochette est déjà largement copieuse pour en tirer un film aux situations catastrophiques.

Ils sont tous excellents, drôles et attendrissants. En effet, même ceux qui vous paraîtront les plus salauds possèdent une once de tendresse. Si vous vous souvenez du film de Michel Lang "L'hôtel de la plage", maintes fois rediffusé à la télévision, "Embrassez qui vous voudrez" vous plaira. Certes, le premier peut paraître un peu ringard mais il avait connu son succès en son temps, ce qui n'arrivera pas à n'en point douter à la dernière réalisation de Michel Blanc. Toutefois, le point le plus flagrant est que les personnages se ressemblent beaucoup ainsi que leurs entrelacs sentimentaux.

Précipitez-vous que ce soit pour passer un excellent moment avec un rire sain, rarement moqueur. Ou bien allez-y pour peut-être y reconnaître une situation que vos proches ont connu... ou que vous vivez actuellement. Dans le cas présent, "Embrassez qui vous voudrez" vous servira d'efficace catharsis.

Auteur :Pierre Godon
Tous nos contenus sur "Embrassez qui vous voudrez" Toutes les critiques de "Pierre Godon"

ça peut vous interesser

Viens chez moi j’habite chez une copine : culte !

Rédaction

Les Vétos : Sympathique mais dénué d’originalité

Rédaction

Marche à l’ombre : Première fois pour Michel Blanc

Rédaction