29 juillet 2021
Critiques

Envole-moi : Feel-good movie efficace

Par Jérémy Joly

 

Christophe Barratier atteint le succès dès son premier film en 2004 avec "Les Choristes", adaptation de « La Cage aux rossignols ». Il réalise par la suite le film musical "Faubourg 36", un remake de "La Guerre des boutons" et, plus récemment, "L'Outsider" qui revenait sur l'affaire Jérôme Kerviel. Christophe Barratier n'hésite donc pas à diversifier son cinéma. Il fait son retour au avec "Envole-moi", qui s'inspire d'une histoire vraie déjà portée à l'écran en 2017 par le réalisateur allemand Marc Rothemund avec "Dieses Bescheuerte Herz".

"Envole-moi" nous emmène dans la vie de Thomas. Ce jeune, qui atteint presque les trente ans, passe toutes ses nuits à boire, danser et draguer dans les discothèques. Et bien sûr, le jour, il dort. Le film nous dresse le portrait d'une jeunesse qui profite du temps présent sans se soucier du lendemain. Thomas n'a aucun projet professionnel et vit grâce à la fortune de son père chirurgien. Lassé, ce dernier prend la décision de couper les vivres à son fils. De plus, il lui impose de s'occuper de l'un de ses jeunes patients, Marcus âgé de 12, qui souffre d'un grave problème cardiaque.

Un bon dosage

Le schéma scénaristique est classique et certainement prévisible. Malgré tout, "Envole-moi" possède tous les ingrédients nécessaires pour donner un feel-good movie efficace dans la lignée d'"Intouchables". Au scénario, en plus de Christophe Barratier, nous retrouvons les noms d'Alexandre de la Patellière et de Matthieu Delaporte, à qui l'on doit "Le Prénom" et "Le meilleur reste à venir". Leur plume se ressent avec cet équilibre entre comédie et drame. Les scènes émouvantes ne tombent jamais dans un pathos désagréable. Les genres, si opposés, sont subtilement bien dosés. Anthony Marciano, réalisateur du film "Les Gamins" et de "Play", a sans doute enrichi les scènes comiques par sa participation au scénario. Le tout forme un mélange merveilleux.

Envole-moi2
Victor Belmondo et Yoann Eloundou - Copyright Julien Panié

La musique est signée Philippe Rombi, qui a composé les musiques des films de François Ozon et de Dany Boon, entre autres. Il n'est pas rare de lire le nom de Philippe Rombi au générique d'un long-métrage lorsque les oreilles ont entendu une superbe bande originale. C'est encore le cas pour "Envole-moi" où le compositeur propose une musique assez discrète mais qui participe activement à l'émotion qui inondera les spectateurs.

Victor Belmondo, dont le nom rappelle forcément celui d'une grande star de cinéma, tient pour la première fois la tête d'affiche d'un film après une formation théâtrale et quelques seconds rôles sur grand écran. Avec ce personnage, Victor Belmondo nous montre l'étendue de son talent, il est capable de nous faire rire et de nous émouvoir. Son charisme et sa présence à l'écran lui permettront sans aucun doute de se faire un prénom dans le cinéma français. Gérard Lanvin, qui se fait malheureusement si rare sur grand écran, a droit à un personnage à la hauteur de son savoir-faire, celui du père sans arrêt occupé par son travail. Même si ce n'est qu'un rôle secondaire, il est plaisant de retrouver Gérard Lanvin en pleine forme. Depuis "Les Lyonnais", il s'était beaucoup retrouvé dans des films peu appréciables. "Envole-moi" nous permet aussi de découvrir un jeune acteur nommé Yoann Eloundou dont l'incroyable énergie transperce l'écran. Ainsi, "Envole-moi" est-il le film idéal pour retrouver les salles obscures après six mois d'absence, en vous faisant vivre une belle expérience cinématographique pleine d'émotions.


Tous nos contenus sur "Envole-moi" Toutes les critiques de "Jérémy Joly"

ça peut vous interesser

Profession du père : Bluffant menteur !

Rédaction

Mystère à Saint-Tropez : Catastrophe !

Rédaction

Courage fuyons : Éloge de la lâcheté

Rédaction