24 septembre 2020
Archives Critiques

Escrocs mais pas trop : La critique

Dans "Escrocs mais pas trop" (distribué par Pyramide Films), Ray Winkler (lointain cousin du personnage de Broadway Danny Rose), escroc à la petite semaine tout juste sorti de taule, a un plan d'enfer : dévaliser une banque en creusant un tunnel sous ses coffres à partir d'un local proche qu'il compte bien louer et camoufler en boutique de cookies que sa femme, Frenchy (Frances pour les intimes) se fera une joie de préparer.

L'ennui, c'est que Ray est aussi bon voleur que Bill Clinton menteur. Les affaires s'engagent mal pour lui et ses collègues alors qu'en revanche, la boutique de Frenchy marche du tonnerre. Un an plus tard, Ray et sa moitié sont devenus milliardaires, croulent sous l'argent et portent des habits aussi clinquants que mal assortis.

Ray se désespère de ne pouvoir manger de cheeseburgers quant à Frenchy, elle rêve d'entrer dans le grand monde et s'offre pour cela les services d'un séduisant dandy, le sémillant David. Ce n'est pas du goût de Ray qui préfère claquer la porte et reprendre sa liberté…

Après quelques films plus sérieux (!) ces dernières années, Woody Allen revient à ce qu'il fait de mieux dans "Escrocs mais pas trop" : la comédie simple, directe et très humaine. Trois minutes en compagnie de Ray et sa bande suffisent à provoquer l'hilarité. Prises de becs, plans douteux et associés délirants provoquent très rapidement le rire. Un irrésistible rire derrière lequel Woody Allen dépeint la destruction d'un couple par l'argent.

Par les personnages, la vivacité des dialogues et le jeu des comédiens on retrouve le Woody Allen incisif d'il y a une dizaine d'années. Vivant, drôle et qui plus est intelligent le cru 2000 qu'est "Escrocs mais pas trop", même s'il n'est pas d'une originalité fracassante ravira les fans de Woody autant que ceux qui le découvriront pour la première fois.

Auteur :Guillaume Branquart
Tous nos contenus sur "Escrocs mais pas trop" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

The Gentlemen : Long live Guy Ritchie !

Rédaction

Portrait de la jeune fille en feu en Bluray

Rédaction

La Sainte Famille : Famille (post)-nucléaire

Rédaction