23 octobre 2019
Archives Critiques

Expendables 2: unité spéciale : La critique du film

Avec "John Rambo" et "Rocky Balboa", Sylvester Stallone effectuait un fulgurant come back inattendu, renouant avec le succès, tant critique que public, après une longue période de passage à vide…

"Expendables" était pour lui l'apothéose de ce grand retour, avec en tête d'affiche d'anciennes gloires du cinéma d'action des années 80 (Dolph Lungren, Mickey Rourke, Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger ne faisant qu'une très brève apparition) qu'il ramenait sur le devant de la scène.

Un film fait pour les admirateurs, où chacun se donnait à cœur joie d'envoyer des rafales chargées de nostalgie aux spectateurs. Le résultat final se révélait jouissif mais peut être en deçà des attentes, avec un rythme en dent de scie et des scènes d'action relativement impressionnantes.

Conscient que le port de toutes les casquettes peut parfois nuire au résultat, Stallone a préféré cette fois laisser la main à un adepte de l'action musclée en la personne de Simon West, réalisateur sans âme mais bon artisan du genre ("Les Ailes de l'enfer", "Lara Croft"), prolongeant ainsi l'esprit de l'action « à l'ancienne » avec l'objectif de mettre tout le monde d'accord.

« Les traquer, les trouver, les tuer », la réplique de Sylvester Stallone au début de "Expendables 2" résume tout à fait le scénario servi aux spectateurs.

Ne faisons pas les surpris, ne sommes nous pas assis confortablement dans notre siège, un paquet de popcorn à la main et une bonne dose d'âme d'enfant pour assister à un blockbuster explosif et décomplexé ?

Pour "Expendables 2", l'équipe frappe un grand coup et sort véritablement l'artillerie lourde : la scène d'introduction, totalement ahurissante (20 minutes de totale destruction, de mitraillages en tout genre et de combats rapprochés) enterre à elle seule la totalité des séquences du précédent volet.

Simon West ne déroge pas à la règle du second volet qui verse dans l'excès, où la démesure de chaque scène fait passer ce qui a précédé pour un petit échauffement de routine, laissant totalement de côté la moindre vraisemblance scénaristique.

Pour tous les fans, l'équipe de "Expendables 2" offre une véritable déclaration d'amour au genre, un film d'action survitaminé, un spectacle de tous les instants. La complicité entre les acteurs fait chaud au cœur et les clins d'œil abondent. L'ancien Terminator lançant à tout va des « Je suis revenu », allant jusqu'à agacer ce bon vieux John Mc Clane ("Die Hard") qui rétorque « Bon ca va comme ca tu es assez revenu » démontre l'entière auto-dérision de l'ensemble.

Qui dit surenchère, dit plus de stars : Chuck Norris s'amuse comme un fou en loup solitaire adepte de la mitraillette et Jean Claude Van Damme n'hésite pas à en faire des tonnes en vilain de service, pour notre plus grand plaisir.

Enfin, que seraient nos films bourrés d'adrénaline sans une petite touche d'humour? La subtilité ne semble pas faire partie du vocabulaire de "Expendables 2" qui oscille clairement du côté de la comédie, le spectateur se retrouvant au milieu d'un tourbillon de répliques bien senties du début à la fin.

Les cadavres s'empilent, le sourire aux lèvres et le canon encore fumant, nos héros tirent leur révérence en se disant que leur place à tous se trouve aujourd'hui dans un musée.

"Expendables 2" ou le véritable blockbuster de l'été ! Celui du cœur et de la nostalgie, une suite plus percutante et concoctée avec passion qui verse dans l'action à outrance, gore à souhait et parfaitement jubilatoire. On attend de pied ferme le troisième volet d'ores et déjà en projet…

Auteur :Sébastien Fournier
Tous nos contenus sur "Expendables 2: unité spéciale " Toutes les critiques de "Sébastien Fournier"

ça peut vous interesser

Terminator de James Cameron : Know Future

Rédaction

Rambo Last Blood : Mexpendable

Rédaction

Rambo Last Blood : La critique du film

Rédaction