11 décembre 2019
Archives Critiques

Gladiator : Une grande ode à la liberté !

Depuis près de 30 ans, le péplum a déserté le grand écran. Et ce ne sont pas les productions italiennes comme les Maciste et autre Hercule qui ont redoré son blason. Seul Ridley Scott, avec son sens de l'épique, pouvait insuffler du sang neuf à un genre tombé en désuétude. Tel est le cas avec "Gladiator".

C'est dans ce but que Dreamworks lui attribua un budget de 100 millions de dollars. Le tournage se déroula en Angleterre, au Maroc et sur l'Ile de Malte où une forteresse servit en partie pour recréer les différents plans du Colisée de la Rome antique (notamment grâce aux prodiges de l'infographie qui confèrent l'illusion parfaite des arènes romaines et de sa foule à demi virtuelle).

"Gladiator", sur le plan scénaristique, ne renouvelle pas le genre et emprunte même les personnages principaux de « La chute de l'Empire romain » (hormis celui de Maximus) pour les replacer dans une autre histoire. L'œuvre se pose tout de même en digne héritière de grandes fresques comme "Spartacus" ou "Ben-Hur».

Russell Crowe y impose sa stature dans un jeu sobre mais néanmoins très physique face à un Joaquin Phoenix incarnant subtilement un Commode torturé avec une réelle profondeur psychologique.

On n'omettra pas de mentionner également les interprétations du regretté Richard Harris ("Un homme nommé cheval"), Djimoun Hounsou ("Amistad") et surtout la prestance d'Oliver Reed (Proximo, le chef des gladiateurs) qui est décédé sur le tournage d'une crise cardiaque à l'âge de 61 ans.

Quant aux séquences guerrières que ce soit la scène d'ouverture (évoquant les combats du "Braveheart" de Mel Gibson) où la reconstitution fidèle des jeux du cirque, elles sont tout simplement époustouflantes même si elles paraissent parfois sauvages, elles ne sont là que pour illustrer un propos sur l'homme et sa bestialité !

Un grand spectacle qui ressuscite l'antiquité où aventure rime avec émotion, illustré par la sublime musique composée par Hans Zimmer et la mélancolie de Lisa Gerrard qui résonne comme un ode à la liberté.

Auteur : Fabien Rousseau


Publiée avec l'aimable autorisation de la rédaction des Héros de l'Ecran
Tous nos contenus sur "Gladiator" Toutes les critiques de "Fabien Rousseau"

ça peut vous interesser

Soirée Ridley Scott sur TCM

Rédaction

Concours Bluray + DVD : Le Pont de Cassandra

Rédaction

Le Pont de Cassandra de George Pan Cosmatos

Rédaction