Critiques

Hommes au bord de la crise de nerfs : Drôle de thérapie

Par Jérémy Joly

En 2014, Audrey Dana réalisait son premier long-métrage, « Sous les jupes des filles », un film choral entièrement féminin. Trois ans plus tard sortait « Si j'étais un homme ». Dans cette comédie féministe, l'actrice principale jouait une femme qui se réveillait un matin avec un pénis entre les jambes.

Dans son nouveau film intitulé « Hommes au bord de la crise de nerfs », Audrey Dana s'éloigne de ses thèmes concernant les femmes. En effet, il s'agit ici d'un long-métrage choral avec un groupe d'hommes qui se retrouvent dans la nature pour une thérapie.

 

Un portrait d'hommes

Dans « Hommes au bord de la crise de nerfs », c'est une nouvelle image de la masculinité que nous propose Audrey Dana. Le cinéma avait trop tendance à montrer des hommes virils avec un brin de machisme. La réalisatrice a fait le choix de créer des personnages masculins avec une fragilité et une sensibilité qui sont dévoilés. Cette représentation de l'homme fait un bien fou. Elle montre que les hommes aussi peuvent avoir des failles.

Les thèmes qui sont abordés ont été à ce jour peu exploités dans le cinéma. Par exemple, Romain a des problèmes d'érection, c'est un sujet qui reste tabou dans notre société. La comédie est le genre cinématographique parfait pour évoquer un thème compliqué comme celui-ci. Tous les autres personnages ont des problématiques variés. Michel est anxieux et fait un burn-out. Ivan a des problèmes d'addiction à l'alcool. Le doyen du groupe, Hippolyte, est confronté au deuil. Antoine n'ose pas avouer son orientation sexuelle à sa famille. Noé est un jeune père qui n'arrive pas à concentrer sa colère. Enfin le plus jeune, Eliott, subit du harcèlement scolaire.

Hommes-au-bord-de-la-crise-de-nerfs2
Les acteurs principaux du film "Hommes au bord de la crise de nerfs" - Copyright Christine Tamalet/Curiosa Films - France 2 Cinéma - Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma - Marvelous Productions
Une thérapie peu convaincante

L'idée d'une thérapie en pleine nature n'est pas originale dans un film. Il y avait eu par exemple la comédie « Père fils thérapie ! », une comédie réalisée par Émile Gaudreault. Dans un camp perdu en pleine nature, des pères tentent de se réconcilier avec leur fils. De plus, la thérapie est un sujet à la mode en ce moment avec la série « En thérapie » diffusée sur Arte.

Malheureusement, « Hommes au bord de la crise de nerfs » peine à avoir des moments vraiment drôles. Cela est quand même gênant pour une comédie. Le déroulement de l'histoire est prévisible. Les personnages vont avoir du mal à s'adapter à la nature. Leur arrivée se fait sous la pluie et ils doivent marcher plusieurs kilomètres. La scène où ils construisent leur propre abri ressemble à un épisode de Koh-Lanta. De plus, un groupe de personnes très différentes, cela crée forcément au départ des tensions. Nous avons droit à des scènes vues et revues comme celle de la nuit avec des ronflements et un bad trip ou celle avec des champignons hallucinogènes. De plus, le film ne nous épargne pas un énième débat sur le véganisme. Omega, la thérapeute, est un personnage caricatural. Elle prononce des phrases du genre « Pour se reconnecter, il faut se déconnecter ». La seule chose intéressante dans ce personnage est son évolution à la fin. Les dialogues sont plats et sans intérêt.

 

Une belle bande de dépressifs

La seule scène qui soit réellement comique est celle où les personnages ont leurs corps enterrés dans la terre. L'allusion à « Furyo » est d'ailleurs très drôle. Heureusement, Audrey Dana s'est entourée de bons acteurs. Ils sont tous à la hauteur de leurs rôles : Thierry Lhermitte, Ramzy Bédia, François-Xavier Demaison et Pascal Demolon. Donnons une mention particulière à Laurent Stocker que l'on retrouve de plus en plus dans le cinéma et qui joue ici un dépressif attachant. « Hommes au bord de la crise de nerfs » est l'occasion de découvrir Mickaël Grégorio dans un grand rôle au cinéma et celui-ci nous surprend par son talent. Enfin, Max Baissette de Malglaive est merveilleux dans le rôle de ce jeune homme rebelle aux allures d’adolescent. N'oublions pas Marina Hands qui parvient malgré tout à avoir un jeu intéressant même avec un personnage grotesque.

« Hommes au bord de la crise de nerfs » est intéressant à découvrir pour la richesse de ses thèmes et ses personnages attachants. Malheureusement, cette comédie s'appuie sur une histoire qui manque cruellement d'originalité.

Tous nos contenus sur "Hommes au bord de la crise de nerfs" Toutes les critiques de "Jérémy Joly"

ça peut vous interesser

Champagne ! : Un goût de déjà bu

Rédaction

C’est magnifique ! : Un conte moderne

Rédaction

Coupez ! : Drôlement effrayant

Rédaction